Le coup de frein se confirme pour la Bourse de Paris (-0,99%)

Le coup de frein se confirme pour la Bourse de Paris (-0,99%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 13h13

La Bourse de Paris évoluait en nette baisse de 0,99% à mi-séance jeudi, reprenant son souffle après sa série de hausses au cours des deux dernières semaines. 

L'indice CAC 40 reculait de 54,10 points à 5.391,11 points vers 13H00. La veille, il avait progressé de 0,48%. 

La cote parisienne a ouvert en baisse et a accru ses pertes peu avant la mi-journée. Ses homologues en Europe affichent également des replis, de 0,34% à Londres et de 0,81% à Francfort.

Aux Etats-Unis, le contrat a terme de l'indice technologique Nasdaq avançait de 0,42% tandis que celui de l'indice vedette Dow Jones reculait de la même ampleur.

"Le marché boursier a montré des signes de ralentissement en Europe", relève Pierre Veyret, analyste technique d'ActivTrades. Sous la double impulsion du scrutin américain et de l'annonce d'un candidat-vaccin efficace, la cote parisienne a pris plus de 17% depuis le début du mois. 

"L'enthousiasme provoqué par le vaccin commence à s'estomper" continue M. Veyret. 

Le chemin avant la distribution à grande échelle du vaccin est encore semé d'embûches est cela "pourrait prendre beaucoup de temps", rappelle David Madden, analyste de CMC Markets.  

Les investisseurs s'inquiètent en outre de nouvelles mesures de restrictions dans les pays encore très touchés par l'épidémie, en Europe et surtout aux Etats-Unis. 

"La reprise ne sera pas linéaire, il faut s'attendre à des reculs et des rebonds", estime Pascal Blanqué, directeur du département des investissements chez Amundi.

Les investisseurs attendent dans l'après-midi une prise de parole du président de la réserve fédérale américaine Jerome Powell lors d'un forum annuel des banques centrales. 

Des signes positifs pour l'automobile

Alors que la plupart des valeurs dépendantes de l'activité économique subissaient des prises de bénéfices après leurs forts gains de la semaine, en France, Renault gagnait encore 1,73% à 27,72 euros après l'amélioration des prévisions annuelles de son partenaire Nissan.

La branche technologique d'Engie, Engie EPS, bondissait de 13,02% à 10,85 euros après un partenariat conclu avec le constructeur automobile Fiat Chrysler (- 1,18% à 12,18 euros sur la place milanaise) pour créer une co-entreprise, qui deviendrait un leader européen de la mobilité électrique.

Léger retour vers les gagnants de la pandémie

Le spécialiste de la livraison de repas Delivery Hero, à la peine depuis le début de la semaine, retrouvait quelques couleurs en progressant de 1,71% à 106,80 euros à Francfort. 

En France, Teleperformance (+0,61% à 279,90 euros) et Vivendi (+1,10% à 25,85 euros) reprenaient un peu de couleurs après un début de semaine à la traîne par rapport aux autres valeurs de l'indice parisien. 

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.