Le couvre-feu à 18h ne freine "pas suffisamment" la circulation du virus, selon Gabriel Attal

Le couvre-feu à 18h ne freine "pas suffisamment" la circulation du virus, selon Gabriel Attal
Gabriel Attal, porte-parle du gouvernement.

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 27 janvier 2021 à 14h15

"Je le redis, le 'quoi qu'il en coûte' est et restera notre ligne tant que l'épidémie sera présente dans notre pays", a affirmé le porte-parole du gouvernement...

"Je le redis, le 'quoi qu'il en coûte' est et restera notre ligne tant que l'épidémie sera présente dans notre pays", a affirmé le porte-parole du gouvernement...

Que va décider le gouvernement ? Si aucune annonce ne devrait être faite ce mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait le point à l'issue du conseil de défense sanitaire qui s'est tenu à l'Elysée sur l'évolution de la situation sanitaire. "L'épidémie de Covid-19 circule dans notre pays avec un plateau haut ascendant", a-t-il ainsi indiqué.

Concernant le couvre-feu généralisé à 18h, il a une "efficacité relative" et "freine dans une certaine mesure la circulation du virus", mais pas suffisamment, a estimé le porte-parole du gouvernement, précisant que les effets de cette mesure pourront être "mesurés pleinement" à la fin de semaine.

"Je le redis, le 'quoi qu'il en coûte' est et restera notre ligne tant que l'épidémie sera présente dans notre pays", a affirmé Gabriel Attal, à l'issue du conseil de défense sanitaire dont l'objectif était d'évaluer les effets du couvre-feu à 18h, ainsi que l'influence des nouveaux variants du virus.

"Plusieurs scénarios" à l'étude

"Nous travaillons en anticipation de ce point d'étape qui sera fait" lors de l'examen des conséquences du couvre-feu, a-t-il poursuivi, évoquant "plusieurs scénarios" à l'étude, "qui vont du cadre actuel à un confinement très serré, qui a été abordé ce matin".

Gabriel Attal a également tenu à souligner que "des variants se développent à un rythme important". Il est "à ce stade peu probable" que le gouvernement se contente de prolonger le couvre-feu actuellement en vigueur en France, a-t-il ajouté, sans rentrer dans les détails.

Favorable à un contrôle des laboratoires qui produisent le vaccin

Pour rappel, le gouvernement français avait d'abord jugé mardi qu'il n'y avait "pas de raison" "à ce stade" de décider un éventuel reconfinement, affichant sa volonté d'attendre de connaître les premiers effets du couvre-feu national à 18h en vigueur depuis 10 jours.

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le président de la République était favorable à un contrôle des exportations des laboratoires qui produisent les vaccins contre le Covid-19. "On ne peut pas se dédire sans expliquer les difficultés auxquelles on fait face", a-t-il souligné, en réponse à une question sur les retards de livraisons des vaccins commandés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.