Le FMI optimiste pour la croissance mondiale, en tout cas jusqu'à 2019

Le FMI optimiste pour la croissance mondiale, en tout cas jusqu'à 2019©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 17 avril 2018 à 16h55

"L'activité économique mondiale continue de se raffermir", estime le Fonds monétaire international, dans ses prévisions de printemps publiées ce mardi. Il table sur un PIB mondial qui progresserait de 3,9% en 2018 comme en 2019 sur la lancée de sa franche accélération - de plus d'un demi-point, à 3,8% - de l'an passé.

Le PIB des Etats-Unis devrait progresser de 2,5% cette année selon les projections, puis de 2,2% en 2019, soit dans les deux cas 0,2 point de plus qu'ils ne l'anticipaient en janvier.

Du mieux pour la zone euro

Le FMI est également plus optimiste pour la zone euro mais sur 2018 seulement, avec une croissance qui atteindrait 2,4% (0,2 point de plus que prévu précédemment). Ses économistes ne changent rien pour 2019, avec une progression de l'activité qui se tasserait à 2,0%.

L'Allemagne suivrait cette tendance, avec un PIB revu en hausse de 0,2 point pour cette année, à +2,5%, mais confirmé à 2,0% pour l'an prochain. S'agissant de la France, la révision à la hausse porte tant sur 2018 (+0,2 point à 2,1%) que sur 2019 (+0,1 point à 2,0%).

Ralentissement au Royaume-Uni

Le FMI maintient en revanche ses prévisions de ralentissement au Royaume-Uni (1,6%, +0,1 point, en 2018 puis 1,5% en 2019), de même que pour le Japon (1,2% cette année puis 0,9% l'an prochain).

Mais alors que la croissance devrait se stabiliser globalement dans les pays émergents, même si les producteurs de matières premières continueront de souffrir.

Ralentissement après 2019 ?

Les premières doivent s'attendre selon lui à un retour à des taux de croissance potentielle "bien inférieurs" aux années d'avant crise une fois qu'elles auront comblé les retards (écarts de production) accumulés depuis.

Les économistes du Fonds évoquent un rythme de croissance de l'ordre de 1,5% "à moyen terme" pour l'ensemble des pays industrialisés et de 1,4% pour la zone euro, qui ramènerait la croissance mondiale autour de 3,7% par an.

L'économie américaine devrait accuser les contrecoups de la réforme fiscale à partir de 2020 puis plus nettement après 2023, une fois dissipé son impact positif sur l'investissement.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU