Le fonctionnement des raffineries de Total perturbé par une grève

Le fonctionnement des raffineries de Total perturbé par une grève©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 03 février 2021 à 11h07

L'objectif est de protester contre le projet de transformation de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) de Total en une plate-forme "zéro pétrole", qui se traduira par 135 suppressions de postes sur le site selon le groupe.

L'objectif est de protester contre le projet de transformation de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) de Total en une plate-forme "zéro pétrole", qui se traduira par 135 suppressions de postes sur le site selon le groupe.

Un mouvement de grève à l'appel de la CGT perturbe mercredi le fonctionnement des raffineries françaises de Total, selon l'agence de presse Reuters. La CGT a lancé un appel à la grève pour les journées de mercredi et jeudi.

L'objectif est de protester contre le projet de transformation de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) de Total en une plate-forme "zéro pétrole", qui se traduira par 135 suppressions de postes sur le site selon le groupe.

Production bloquée

Thierry Defresne, délégué syndical central CGT Total Raffinage Pétrochimie, a indiqué à Reuters que les raffineries de Normandie (à Gonfreville en Seine-Maritime), La Mède (Bouches-du-Rhône), Feyzin (Rhône) et Donges (Loire-Atlantique) étaient en grève depuis mercredi matin, de même que le site des Flandres près de Dunkerque (Nord).

Les salariés de la raffinerie de Grandpuits, qui est à l'arrêt depuis mi-novembre, ont par ailleurs reconduit jusqu'au 11 février la grève qu'ils ont commencée début janvier.

"Aucun produit ne sort (de ces sites)", a ajouté Thierry Defresne.

40 à 100% de grévistes

Total a de son côté fait savoir que, à la suite de l'appel à la grève, les expéditions de produits pourraient être perturbées dans certaines de ses raffineries, ajoutant toutefois qu'il continuerait à assurer les approvisionnements de son réseau de station-service et de ses clients.

Thierry Defresne a précisé que les taux de grévistes dans les équipes d'exploitation s'établissaient à 50% au raffinage et 40% à la pétrochimie en Normandie ; à 40% à La Mède ; à 100% dans le raffinage, 60% à la pétrochimie et 70% aux expéditions à Feyzin et à 100% sur le site des Flandres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.