Le gouvernement met 20 MdsE sur la table pour les "investissements d'avenir"

Le gouvernement met 20 MdsE sur la table pour les "investissements d'avenir"©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 08 janvier 2021 à 15h22

"La crise sanitaire ne doit pas être un frein à l'innovation. Nous avons au contraire plus que jamais besoin d'investir dans des secteurs stratégiques !", a déclaré Jean Castex...

En déplacement ce vendredi à Massy, en région parisienne, sur le site de l'entreprise Exotrail, qui travaille sur le marché des petits satellites, le Premier ministre Jean Castex a dévoilé en présence du ministre de l'Economie, un quatrième programme pour les investissements d'avenir (PIA4) en France, doté d'une enveloppe de 20 milliards d'euros sur 5 ans.

"La crise sanitaire ne doit pas être un frein à l'innovation... Nous avons au contraire plus que jamais besoin d'investir dans des secteurs stratégiques ! L'Etat engage 20 milliards d'euros pour bâtir une France à l'économie plus souveraine, écologique et solidaire", a ainsi déclaré le chef du gouvernement.

Selon lui, l'objectif est "dans un certain nombre de secteurs stratégiques, de soutenir l'activité et la relance de notre économie", mais également "de préparer l'avenir et la reconversion de notre économie", qui doit être "plus écologique, plus souveraine et plus solidaire".

"La France ne peut pas se reposer sur ses lauriers"

Pour le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, "la France ne peut pas se reposer sur ses lauriers". "Elle a quelques filières très performantes, l'aéronautique, l'agroalimentaire et, en particulier, la viticulture et le secteur du luxe", a-t-il souligné.

"Deux de ces filières sur trois sont très lourdement impactées par la crise, l'agroalimentaire et la viticulture par les sanctions américaines et l'aéronautique par l'effondrement du transport aérien", a affirmé le locataire de Bercy.

Premier PIA lancé sous la présidence de Nicolas Sarkozy

"La France ne peut pas voir toute son économie et toute sa puissance exportatrice reposer uniquement sur trois filières, c'est impensable", a estimé le ministre, avant de préciser : "nous souhaitons rebâtir des chaînes de valeur françaises dans des secteurs différents : l'hydrogène, la santé, les biotechnologies, le calcul quantique, toutes ces chaînes qui nous permettront d'avoir une économie plus équilibrée, plus solide et plus innovante".

Pour rappel, le premier PIA (doté à l'époque de 35 milliards) avait été lancé en 2010, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, en réponse à la crise financière de 2008. Deux autres ont suivi en 2014 et 2017 sous le mandat de François Hollande (de 12 et 10 milliards)...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.