Le gouvernement promet de nouvelles mesures pour réduire la dette publique

Chargement en cours
 Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse au ministère de l'Economie à Paris, le 15 février 2018

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse au ministère de l'Economie à Paris, le 15 février 2018

1/2
© AFP, ERIC PIERMONT

AFP, publié le jeudi 15 février 2018 à 13h51

Haro sur la dette: le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé jeudi de nouvelles mesures dès cette année pour réduire l'endettement de la France, écartant toute "cagnotte" si les recettes s'avéraient plus élevées que prévu.

"Nous devons réduire notre dette parce que cela nous expose à une remontée des taux d'intérêt et que c'est de l'argent dilapidé", a affirmé M. Le Maire lors d'une conférence à Bercy, aux côtés de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

"Nous prendrons dès 2018 un certain nombre de mesures pour aller dans cette direction", a-t-il annoncé, sans toutefois donner plus de précisions sur celles-ci.

La semaine dernière, dans son rapport annuel, la Cour des comptes avait mis en garde le gouvernement contre tout "relâchement" dans la gestion des finances publiques, appelant l'Etat à accélérer les réformes pour réduire son niveau de dépenses et de dette publique.

Cette dernière, résultat de l'accumulation des déficits, devrait augmenter en 2017 à 96,8% du PIB, puis se stabiliser en 2018, à près de 2.250 milliards d'euros, selon les chiffres du projet de loi de finances pour 2018.

"2.200 milliards de dette, ça dépasse l'entendement", a de son côté déclaré le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, qui s'exprimait quasiment au même moment dans le cadre d'une conférence sur la dépense publique organisée par la Fondation Concorde, un groupe de réflexion libéral.

A l'unisson, et comme le Premier ministre Edouard Philippe début janvier, les deux ministres ont exclu toute "cagnotte fiscale" susceptible de bénéficier aux contribuables.

"Tous ceux qui parient sur une cagnotte seront déçus, parce qu'il n'y en aura pas", a averti M. Le Maire.

"Dans les mois qui viennent, s'il y a des recettes fiscales supplémentaires liées à la croissance, elles iront en priorité au désendettement de la France", a-t-il précisé. Mais "cela peut aller au-delà des rentrées fiscales", a-t-il ajouté, n'écartant pas l'éventualité de privatisations.  

- "Poison pour l'économie" -

Mais M. Le Maire, qui a qualifié la dette de "poison pour l'économie française", a surtout mis en garde contre la hausse attendue des taux d'intérêt, maintenus à leur plus bas niveau historique depuis mars 2016. 

Selon le président de la Banque centrale européenne (BCE), une remontée des taux directeurs est à attendre à la mi-2019. Mais le taux d'emprunt de la France à dix ans s'est déjà tendu depuis le début de l'année sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. Il s'établissait jeudi à 1,025% contre 0,777% début janvier.

"Nous savons que l'augmentation des taux d'intérêt pèsera sur les charges de la dette française", a expliqué le ministre de l'Economie. 

"Oui c'est inquiétant", a estimé de son côté M. Darmanin. "Un point d'augmentation de la dette c'est l'équivalent du budget du ministère de la Justice qui part en fumée", a-t-il observé.

"Nous ne considérons pas cependant que c'est alarmant, puisque nous avons pris nos dispositions pour considérer qu'il y aura une augmentation et c'est prévu dans la trajectoire de finances publiques", a-t-il toutefois ajouté.

Sur les engagements européens de la France, M. Le Maire a appelé à "juger les gens à leurs actes et les nations à leurs décisions".

"Nous avons pris toutes les décisions nécessaires en matière de dépense publique en 2017 pour être sous les 3% de déficit", a-t-il assuré, citant comme exemple la réduction "massive" des emplois aidés, une mesure qu'il a présentée comme "un choix politique courageux". 

"C'est bien la preuve qu'il ne faut pas ranger la France du côté des cigales. C'est injuste et c'est faux", a-t-il affirmé, appelant à mettre fin à cette "caricature".  

Selon les dernières prévisions de Bercy, le déficit public devrait s'établir à 2,9% du PIB en 2017, passant pour la première fois depuis dix ans sous la barre des 3% exigée par les traités européens. En 2018, il devrait atteindre 2,8%.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
98 commentaires - Le gouvernement promet de nouvelles mesures pour réduire la dette publique
  • avatar
    morvan58 -

    Merci qui ??

  • avatar
    BuffaloG -

    Et en plus de la CSG chez les retraités pour donner un peu de pouvoir d'achat aux pauvres salariés....

  • avatar
    hm57 -

    de nouvelles mesures pour la dette !!!! depuis 1976 dernier budget en équilibre on à commencé a vivre à crédit et depuis tous les politiques se sont évertués a creuser le gouffre alors je ne serais pas surpris que cela continue.

    avatar
    JC1907 -

    hm57!!. Oui depuis le 27 mai 1974 là où Giscard d'Estaing à permis le regroupement des familles étrangères voilà où cela nous a menés mais lui touche par mois 30 000€ plus tout le reste!!! Il faut dire aussi que le Mitterrand en 14 années nous a fait 40% de dette du P.I.B!!! Pourquoi étant donné que tous ces politiques ont fautés vis a vis du Peuple Français, il serait logique de leurs prendre tous leurs deniers personnels y compris maisons, villas Etc. car elles, ils sont tous coupables et responsables des 2300 milliards de dette!!!!.depuis 1974 car au moment de Charles DE GAULLE et Georges POMPIDOU, il n'y avait très peu de dette en l'occurrence en 1973 la dette était de pour ainsi dire rien mais voilà, quand Giscard fut élu le 27 mai 1974,il emprunta aux banques privées avec pourcentage alors qu'auparavant nous empruntions à la banque de France à zéro % et l'on pouvait rester ainsi mais Giscard en a décidé tout autrement!!! allez sur Google et vous verrez que ce dont j'écris est véridique mais ce qui n'a pas empêché les autres politiques de faire pire et s'en mettent plein les fouilles!! il serait temps de refaire le partage avant la révolution Mrs & Mmes les politiques car la marmite est prêt à exploser et vous ne voyez rien venir!!!qui doit on maintenant remercier pour que notre dette soit aussi élevée!!. A votre avis?!!!

    avatar
    JC1907 -

    hm57!!. Oui depuis le 27 mai 1974 là où Giscard d'Estaing à permis le regroupement des familles étrangères voilà où cela nous a menés mais lui touche par mois 30 000€ plus tout le reste!!! Il faut dire aussi que le Mitterrand en 14 années nous a fait 40% de dette du P.I.B!!! Pourquoi étant donné que tous ces politiques ont fautés vis a vis du Peuple Français, il serait logique de leurs prendre tous leurs deniers personnels y compris maisons, villas Etc. car elles, ils sont tous coupables et responsables des 2300 milliards de dette!!!!.depuis 1974 car au moment de Charles DE GAULLE et Georges POMPIDOU, il n'y avait très peu de dette en l'occurrence en 1973 la dette était de pour ainsi dire rien mais voilà, quand Giscard fut élu le 27 mai 1974,il emprunta aux banques privées avec pourcentage alors qu'auparavant nous empruntions à la banque de France à zéro % et l'on pouvait rester ainsi mais Giscard en a décidé tout autrement!!! allez sur Google et vous verrez que ce dont j'écris est véridique mais ce qui n'a pas empêché les autres politiques de faire pire et s'en mettent plein les fouilles!! il serait temps de refaire le partage avant la révolution Mrs & Mmes les politiques car la marmite est prêt à exploser et vous ne voyez rien venir!!!qui doit on maintenant remercier pour que notre dette soit aussi élevée!!. A votre avis?!!!

  • avatar
    Tres-Inquiet -

    La seule façon de réduire la dette est de faire payer ceux qui en sont responsables : les exilés et "optimisés" fiscaux, qui nous doivent des centaines de milliards cumulés depuis 30 ans. Avec la complicité des politiques de tous bords et des services fiscaux.
    Les smicards ne sont pas responsables de la dette.

    avatar
    A63 -

    vous avez raison, car "les Smicards ne sont pas responsables de la dette"

    mais pour l'évasion fiscale, "les centaines de milliards cumulés depuis 30 ans", ça ne bouche pas le trou de 2 200 milliards annoncé, et qui est en réalité sûrement beaucoup plus gros que ce que les Gouvernements successifs nous disent.

  • avatar
    chti74 -

    qui paie ses dettes s'enrichit !!!!

    avatar
    bibiche54 -

    ils parait !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]