Le gouvernement sort le portefeuille pour protéger les start-up

Le gouvernement sort le portefeuille pour protéger les start-up
cadre employé salarié illustration

Boursier.com, publié le vendredi 05 juin 2020 à 10h16

La crise de coronavirus a renforcé les géants technologiques américains et chinois, leur permettant de croquer des pépites françaises, redoute le gouvernement.

Le gouvernement français va créer un fonds de souveraineté pour protéger les start-up françaises... Il sera doté de 500 millions d'euros dont 150 disponibles dès cet été, selon les informations des 'Echos' et du 'Figaro'. Objectif : éviter que ces entreprises jugées stratégiques ne soient rachetées par des géants étrangers du numérique, en particulier américains et chinois.

" La crise du coronavirus a encore renforcé la trésorerie des Gafam (Google, Apple, Facebook,...NDLR) et des géants chinois de la tech, ce qui les positionne idéalement pour racheter des pépites dont les technologies sont jugées 'souveraines', écrit le quotidien 'Les Echos' sur son site internet.

Plan au secteur des nouvelles technologies

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et Cédric O, secrétaire d'Etat au numérique, vont donc annoncer la création de ce fonds lors de la présentation vendredi d'un plan plus vaste de soutien au secteur des nouvelles technologies sur fond de crise économique.

D'après 'Les Echos', ce plan de soutien à la "French Tech" atteindra près de 1,2 milliard d'euros, en grande partie financé par le programme d'investissement d'avenir (PIA). Il prévoit aussi notamment le doublement, à 160 millions d'euros, du French Tech Bridge, le programme de prêt-relais de Bpifrance destiné à aider les entreprises à faire face à leurs difficultés de trésorerie.

"Vous ne serez pas des proies"

Le fonds de souveraineté sera géré par Bpifrance et "aura pour objectif premier de préserver la souveraineté nationale, via des prises de participations minoritaires dans des entreprises stratégiques", précise 'Le Figaro'. Cette notion de secteur stratégique devrait être large et couvrir des start-up de l'informatique dématérialisée ("cloud") et des biotechnologies en allant jusqu'à l'éducation, la défense ou encore les énergies renouvelables.

"Vous ne serez pas des proies. Nous n'accepterons pas que les géants du numérique viennent faire leur shopping en France avec des start-up qui seraient en difficulté", a dit Bruno Le Maire, cité par Les Echos, lors d'une réunion préparatoire avec des représentants du secteur.

Enveloppe de prêts

Le plan du gouvernement va aussi entraîner la création d'une enveloppe de prêts d'un montant total de 100 millions pour aider les entreprises qui ne peuvent bénéficier d'un prêt garanti par l'Etat, le rechargement pour 120 millions d'euros du programme de soutien à l'innovation majeure (PSIM) et le renforcement pour 115 millions des dispositifs d'aide à l'innovation, énumère le journal 'Les Echos'.

Enfin, 200 millions d'euros viendront aider les chercheurs à exploiter commercialement leurs découvertes, ajoute le quotidien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.