Le gouvernement taxe Ségolène Royal de malhonnêteté sur le gazole

Le gouvernement taxe Ségolène Royal de malhonnêteté sur le gazole©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 24 octobre 2018 à 16h44

Le gouvernement a répliqué mercredi aux critiques de Ségolène Royal à propos du "matraquage fiscal" infligé selon elle aux automobilistes. "Elle a été malhonnête par rapport à ses engagements passés", mais aussi "par rapport au défi climatique parce qu'elle sait (...) que, aujourd'hui, il y a urgence à changer de comportement, à transformer nos cycles économiques, à aller vers une économie plus respectueuse de la planète", a répondu le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Lundi matin sur RTL, l'actuelle ambassadrice française chargée de la négociation internationale pour les pôles avait déploré l'attitude de l'exécutif, qui compte augmenter les taxes sur le gazole. "Le gouvernement remplit les caisses. Il ferait mieux de lutter contre la fraude fiscale des banques (...) Ce serait plus intelligent que de taxer et de prendre aux pièges les automobilistes et les retraités", avait déclaré l'ex-ministre.

Le remplaçant de Nicolas Hulot au ministère de l'Ecologie, François de Rugy, a peu apprécié, lui aussi, les déclarations de l'ambassadrice : "Manifestement, elle a abandonné l'écologie depuis qu'elle a abandonné le ministère de l'Ecologie".

Ne pas prendre l'écologie en otage

La poursuite de la hausse des taxes prévue sur le gazole a été confirmée, avec pour objectif de gommer l'avantage de prix de ce carburant par rapport à l'essence.

Il s'agit selon la ministre des Transports, Elisabeth Borne, d'une taxation écologique. Elle a indiqué que le projet de loi de finances pour 2019 prévoyait une hausse fiscale sur le diesel de 7 centimes par litre au 1er janvier 2019, tandis que celles sur l'essence monteront de 4 centimes.

Une décision que Ségolène Royal déplore : "Vous ne pouvez pas du jour au lendemain taxer aussi violemment les automobilistes et les professionnels qui ont besoin de leurs voitures pour travailler, sans prendre l'écologie en otage par rapport à ça..".

Les prix à la pompe plus hauts que jamais

Malgré les difficultés croissantes des automobilistes à faire face à leurs dépenses de transport, les prix grimpent et vont donc bondir au début de l'année prochaine. Récemment, un sommet historique a été atteint par le gazole à la pompe, arrivant même dans certaines régions au tarif de l'essence.

"L'article 1er de la loi de Transition énergétique prévoit que pour toutes hausses de la fiscalité écologique, il (le gouvernement ndlr) est obligé de baisser à niveau équivalent les taxes sur les produits écologiques", affirme l'ex-ministre de l'Environnement. Selon elle, les prix à la pompe devront donc décroître d'une manière ou d'une autre pour que les taxes mises en place soient légales...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.