Le laboratoire Teva supprime un quart de ses effectifs dans le monde

Le laboratoire Teva supprime un quart de ses effectifs dans le monde©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 14 décembre 2017 à 16h55

L'action Teva Pharmaceuticals est en forte en hausse de 14% à Wall Street ce jeudi, proche des 18 dollars, alors que le premier fabricant mondial de médicaments génériques a annoncé son intention de réduire nettement ses effectifs. Il compte aussi suspendre le dividende sur les actions ordinaires dans le cadre d'une restructuration très attendue, destinée à réduire son énorme dette - elle s'élève à près de 35 milliards de dollars depuis l'acquisition l'an dernier pour 40,5 milliards de dollars d'Actavis, la filiale de génériques d'Allergan.

Le groupe israélien a déclaré jeudi que ces mesures entraîneraient la suppression de 14.000 postes au niveau mondial, essentiellement en 2018. Teva veut réduire ses charges de trois milliards de dollars (2,53 milliards d'euros) d'ici la fin 2019. Celles-ci sont estimées à 16,1 milliards de dollars cette année.

Honorer ses engagements

Le laboratoire table sur une charge de restructuration d'au moins 700 millions de dollars en 2018, principalement due aux indemnités de licenciement. "Nous exécuterons ce plan en temps voulu et de manière prudente, en restant concentrés sur la génération de revenus et de flux de trésorerie, afin que Teva soit prêt à honorer tous ses engagements financiers", a déclaré le PDG Kåre Schultz, cité dans un communiqué.

Il a ajouté que Teva préserverait ses capacités de production dans les médicaments génériques et dans certains produits spécialisés. "En 2018, nous entendons assurer le succès des lancements de l'Austedo et du Fremanezumab", a-t-il déclaré, faisant référence aux traitements des complications liées à la maladie de Huntington et des migraines.

La principale fédération syndicale d'Israël a menacé de lancer une grève générale d'une demi-journée dimanche, qui marque le début de la semaine de travail en Israël, pour protester contre les licenciements.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.