Le luxe français continue de dominer le monde !

Le luxe français continue de dominer le monde !
Christian Dior 2012

Boursier.com, publié le mercredi 30 mai 2018 à 09h50

LVMH, Kering, L'Oréal, Hermès international... Les ventes des fleurons français du luxe ont représenté près d'un quart des ventes mondiales du Top 100 du secteur, selon le dernier classement annuel publié mardi par la société de conseil Deloitte.

En termes de chiffres d'affaires, la France arrive ainsi en tête de ce classement de l'industrie du luxe, qui porte sur les chiffres d'affaires réalisés en 2016. Toutes nationalités confondues, les cent plus grosses entreprises du luxe dans le monde ont réalisé 217 milliards de dollars de ventes (+2,3% par rapport à 2015).

LVMH et ses 70 marques (dont Louis Vuitton, Fendi ou encore Sephora) arrive en tête du palmarès mondial, comme l'année précédente, suivi de l'américain Estée Lauder et du suisse Richemont (tombé de la 2ème à la 3ème place).

Les ventes tirées par l'appétit de consommation des Chinois

Au total, neuf groupes français se classent dans le Top 100 du classement Global Powers of Luxury Goods 2018. Kering (propriétaire de Gucci, Saint Laurent ou encore Bottega Veneta) arrive en cinquième position, stable sur un an, tandis que L'Oréal gagne une place pour se classer sixième. Hermès est douzième, Christian Dior Couture (qui a fait l'objet d'une OPA du groupe Arnault en 2017) se classe 26ème, Clarins 32ème, le groupe SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot) arrive 52ème, le maroquinier Longchamp se classe 57ème et les cosmétiques Nuxe arrivent 94ème.

L'année 2017 a été bien meilleure que 2016 et "on s'attend à ce que 2018 soit très positive aussi" pour le secteur du luxe, a commenté Bénédicte Sabadie, associée en charge du secteur Luxe chez Deloitte France, interrogée par l'agence 'AFP'.

Elle a cité le tourisme chinois comme principale source de croissance en 2017 et en 2018. Les Chinois "se sont mis à beaucoup consommer sur leur marché domestique, et par ailleurs, ils se sont remis à voyager ", a-t-elle souligné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.