Le luxe maintient la Bourse de Paris dans le vert (+0,11%)

Le luxe maintient la Bourse de Paris dans le vert (+0,11%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 30 décembre 2020 à 12h56

La Bourse de Paris se maintenait légèrement dans le vert, de 0,11%, à l'issue d'une matinée sans relief mercredi, soutenue par les valeurs du luxe. 

L'indice CAC 40 grappillait 5,95 points à 5.617,76 points vers 12H30. La veille, il avait progressé de 0,42%, repassant au-dessus des 5.600 points après avoir plusieurs fois buté sur ce seuil.

Les autres marchés européens évoluaient dans la même dynamique, Londres gagnant 0,23% et Francfort, pour sa dernière séance de l'année, 0,13%. 

Les marchés américains s'orientaient vers une ouverture plus franche dans le vert: les trois indices principaux Dow Jones, S&P500 et Nasdaq s'appréciaient autour de 0,40% dans les contrats à terme. 

Le secteur du luxe, poids lourd de la cote parisienne, est "porté par l'accord commercial qui devrait être signé d'ici peu" entre l'Union européenne et la Chine, un de leurs principaux marchés, relève Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Solidement en tête de la cote, Kering progressait ainsi de 1,39% à 585,50 euros.   

Le marché parisien est toutefois engourdi par les fêtes, alors que son année se termine jeudi à 14H00. L'indice phare CAC 40 devrait clôturer 2020 en baisse d'environ 6%.

Conséquence de ce contexte, "de nombreux intervenants" de marché "sont absents. Du coup, les craintes de mouvements irrationnels durant la période des fêtes se dissipent et les actifs à risque s'apprécient", poursuit M. Pichard. 

Dans la matinée, les investisseurs ont oscillé entre la tendance légèrement baissière de Wall Street mardi et les nouvelles autour de la vaccination.

Un laboratoire chinois, Sinopharm, a pour la première fois annoncé une efficacité pour un de ses vaccins, de 79%. La Chine compte actuellement cinq candidats-vaccins en dernière phase des essais sur l'homme, plus que tout autre pays.

Puis, le Royaume-Uni est devenu le premier pays à donner son feu vert mercredi au vaccin AstraZeneca.

Ce vaccin était attendu pour des raisons pratiques: bien moins cher que celui déjà distribué, il peut être conservé à la température d'un réfrigérateur, ce qui facilite une vaccination à grande échelle.

Il permet de regarder au-delà du court terme sur la situation sanitaire, avec une augmentation des contaminations dans certaines régions d'Europe.  

Le luxe toujours brillant

Les valeurs du luxe portaient l'indice parisien mercredi, comme depuis le début de la semaine. 

Outre Kering, LVMH progressait de 0,55% à 515,60 euros et Hermès de 0,52% à 887,20 euros. Sur la semaine, ces entreprises représentent trois des quatre meilleures hausses, grâce à leurs liens avec le marché chinois. 

Astrazeneca profite de sa première autorisation

Le laboratoire britannique Astrazeneca profitait de l'autorisation sur le sol britannique de son vaccin réalisé en collaboration avec l'université d'Oxford. Il montait de 0,78% à 7.520 pence et son rival GSK de 0,86% à 1.378,00 pence. 

En France, Sanofi reculait de 0,24% à 79,03 euros. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.