Le Maire reste à Bercy, la relance au menu

Le Maire reste à Bercy, la relance au menu©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 07 juillet 2020 à 14h51

"Ce sera la relance le matin, la relance à midi et la relance le soir", a déclaré le ministre de l'Economie, dont le portefeuille est élargi à la Relance.

Il fait partie des "poids lourds" de l'équipe d'Edouard Philippe qui sont maintenus à leur poste avec Jean Castex... Bruno Le Maire est un des gagnants du nouveau gouvernement, puisqu'il reste à la tête du ministère de l'Economie, des Finances et - nouveauté - de la Relance.

"Ce sera la relance le matin, la relance à midi et la relance le soir", a dit le ministre de l'Economie, désormais secondé par un nouveau ministre délégué aux petites et moyennes entreprises, Alain Griset. Bruno Le Maire "accordera toute son attention aux plus petits, à ceux qui font le tissu économique de notre pays, à ceux qui sont les premiers employeurs de notre pays et à ceux qui ont été les plus durement touchés par la crise".

"Nous tiendrons les comptes publics", a promis le ministre venu de la droite, qui a également dit la nécessité de prendre en compte l'environnement dans le développement.

"Bonnes réactions"

"Bruno Le Maire a eu quelque bonnes réactions spontanées au moment du confinement", a estimé mardi matin sur France Inter Bruno Veyrier, le secrétaire général de Force Ouvrière. "Quand ont été mises en place les mesures de soutien à l'économie, notamment l'activité partielle ouverte largement (...) il a appelé les entreprises à modérer le versement des dividendes, voire à ne pas verser de dividende".

Les plans de suppression d'emploi, les GAFA

Autre atout aux yeux du syndicaliste : "A plusieurs reprises ces jours derniers il a réagi lorsque des plans de suppressions d'emploi étaient annoncés là ou l'Etat directement a à voir en invitant à modérer", chez Airbus ou Nokia par exemple.

"Puisqu'il est confirmé, a fortiori sur la relance, je vais lui dire, allez-y franco, il faut mettre le paquet sur l'activité, sur l'emploi, sur les compétences et sur les salaires". Bruno Veyrier est-il heureux de ce "super ministère" pour Bruno Le Maire ? "Heureux, je ne sais pas. On va voir les politiques qui seront mises en oeuvre, les actes. Mais disons que je l'invite à aller plus loin dans ce type de réaction. Il est celui qui voulait taxer les GAFA donc je l'invite à se sentir à l'aise et à y aller franco".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.