Le marché immobilier va-t-il finir par ralentir ?

Le marché immobilier va-t-il finir par ralentir ?
HLM La défense

Boursier.com, publié le mercredi 25 avril 2018 à 05h22

Moins de primo-accédants, désolvabilisés par la hausse des prix dans les grandes villes et le recentrage des aides à l'accession depuis le début 2018 (PTZ, APL accession), une demande de financements immobiliers en baisse dans les réseaux bancaires... Le marché immobilier va-t-il finir par ralentir ?

Avec modération à la lecture des premiers indicateurs des réseaux d'agences comme Orpi qui n'a enregistré qu'un tassement de 1% de son activité au premier trimestre 2018 par rapport à 2017 qui était l'année de tous les records. Les volumes de ventes d'Orpi restent d'ailleurs supérieurs de 20% à ceux du premier trimestre 2016 !

Les signaux restent au vert
La tendance à la hausse des prix entamée sur le dernier quadrimestre 2017 se poursuit mais reste toutefois contenue. Le délai de vente reste d'ailleurs sous la barre des 80 jours, avec un délai de 79 jours au niveau national. Nous restons attentifs aux évolutions de marché mais tous les signaux du premier trimestre sont au vert pour que 2018 soit une bonne année analyse Christine Fumagalli, présidente du réseau Orpi.

Dans leur dernière analyse de conjoncture, les notaires assistent aussi à un atterrissage en douceur du marché immobilier ancien laissant présager des volumes plus raisonnables en 2018.

La projection des indices de prix à fin mai 2018, à partir des avant-contrats analysés par les notaires sur l'ensemble de la France métropolitaine, anticipe une poursuite de la hausse, que ce soit en appartements anciens (+4% sur un an) ou en maisons anciennes (+2,2%).

Paris monte toujours

À Paris, la tendance haussière est appelée à se prolonger quelques temps encore, où les notaires calculent déjà un prix au m(2) aux alentours de 9.300 euros, en hausse de 9% sur un an environ.

En province, la projection des indices avec les avant-contrats reste orientée à la hausse, mais l'augmentation des prix se tasserait... À la fin avril 2018, les évolutions sur un an seraient de +2,3% pour les appartements anciens et de +1,9% pour les maisons anciennes. D'une manière générale, les notaires ont en effet pu constater une accalmie sur le volume des transactions en tout début d'année 2018 avec des prix qui se maintiennent...

Pas que des hausses !

Orpi note de son côté que les prix au mètre carré ont légèrement augmenté au premier trimestre 2018 dans les grandes villes de France, confirmant la tendance que le marché immobilier connait depuis environ 9 mois.

Cependant, ces hausses de prix ne doivent pas faire oublier l'hétérogénéité du territoire et de la demande selon les types de biens. Orpi cite l'exemple de l'augmentation lyonnaise qui est à pondérer : les logements situés dans les immeubles des années 70 n'y trouvent pas preneur rapidement et sont plutôt sur une tendance à la baisse.

Orpi observe aussi une stabilité voire une très légère baisse des prix dans d'autres villes comme Marseille, Clermont-Ferrand, Brest, Le Havre et Reims...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU