Le Medef réclame une réouverture des commerces d'ici 15 jours

Le Medef réclame une réouverture des commerces d'ici 15 jours
La Rencontre des Entrepreneurs de France, LaREF à Paris. Geoffroy Roux de Bezieux.

Boursier.com, publié le jeudi 29 octobre 2020 à 15h42

"Ces mesures de confinement sévères vont provoquer un choc économique important", a averti Geoffroy Roux de Bézieux...

Alors que le reconfinement doit entrer en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi pour quatre semaines au moins, de nombreux commerces vont devoir baisser le rideau... Mais pour Geoffroy Roux de Bézieux, ce nouveau confinement pour enrayer la nouvelle flambée de Covid-19 annoncé par Emmanuel Macron mercredi soir est une "erreur", estimant qu'il y aura beaucoup de faillites chez les commerçants si des mesures ne sont pas prises d'ici 15 jours pour une réouverture.

"Il y a un sentiment d'injustice très fort chez les entrepreneurs : les contaminations ont lieu dans la sphère privée et ce sont les entreprises, et donc les salariés, qui sont pénalisées. Trouvons des solutions pour rouvrir les commerces dans les 15 jours", a expliqué ce jeudi dans un entretien au 'Parisien' le président de l'organisation patronale.

"On ne peut pas confiner et déconfiner en permanence, sinon des centaines de milliers d'entreprises vont disparaître. On ne peut pas attendre l'arrivée d'un vaccin à l'été prochain. Ce qu'il faut maintenant, c'est discuter avec les professionnels pour voir comment fonctionner le plus normalement possible avec le Covid", a-t-il ajouté...

Entre 50 et 75 milliards de PIB en novembre

Le reconfinement va coûter très cher, selon lui... "Ces mesures de confinement sévères vont provoquer un choc économique important. Avec la fermeture des commerces et des restaurants, et 'l'effet halo' sur le reste de l'économie, on devrait perdre en novembre entre 50 et 75 milliards de PIB", a-t-il précisé. "L'impact sera très fort", a averti Geoffroy Roux de Bézieux, qui donne ainsi une estimation trois fois plus élevée que celle du gouvernement...

Lors de son allocution mercredi soir, Emmanuel Macron a promis plusieurs aides pour soutenir les entreprises, avec notamment le maintien des aides déjà instaurées, telles que l'indemnisation du chômage partiel, l'exonération des charges et de l'aide jusqu'à 10.000 euros par mois pour les entreprises de moins de 50 salariés qui seront fermées administrativement.

Le gouvernement prévoit également de nouvelles mesures de trésorerie pour les entreprises dont les charges fixes et les loyers pèsent lourd...

"Les dégâts seront très importants"

Mais "quel que soit le niveau des aides gouvernementales, il y aura beaucoup de faillites et notamment parmi les 330.000 entreprises du secteur du commerce qui font l'essentiel de leur activité entre le 1er novembre et 15 décembre. Les dégâts seront très importants", a insisté le président du Medef.

"Dans l'hôtellerie et la restauration, les gens n'ont plus d'espoir, plus d'avenir. Ils vont simplement laisser tomber. Ce qui a manqué dans le discours du président, c'est de nous expliquer ce qui va se passer après le 1er décembre", a-t-il regretté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.