Le mois de mars a accusé la pire chute du PIB, selon l'OCDE

Le mois de mars a accusé la pire chute du PIB, selon l'OCDE©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 08 avril 2020 à 14h59

Les multiples inconnues sur la durée des confinements empêchent de prédire un retournement de tendance

Les principales économies de la planète se dirigent vers la plus forte baisse mensuelle de l'activité jamais enregistrée, selon l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). Les indicateurs avancés, qui visent à déterminer les points d'inflexion de l'activité, suggèrent en effet que toutes les grandes économies ont basculé dans un "fort ralentissement", l'Inde étant le seul pays à n'éprouver qu'un simple "ralentissement".

Ces indicateurs préfigurent "la plus forte baisse mensuelle jamais enregistrée dans la plupart des grandes économies" souligne l'organisation internationale basée à Paris...

Deux points de pourcentage par mois

Les incertitudes majeures sur la durée des mesures de confinement posent beaucoup de problème aux grandes organisations et aux gouvernements pour réaliser leurs prévisions. Elles compromettent la fiabilité des indicateurs qui, donc, "ne sont pas encore en mesure d'anticiper la fin de la phase de contraction, d'autant plus qu'on ne sait pas encore combien de temps, ni même quelle sera la sévérité des mesures de confinement".

Le mois dernier, l'OCDE avait estimé à deux points de pourcentage par mois l'impact du confinement sur la croissance annuelle de chaque grand pays membre.

La croissance de la France en chute libre

De son côté, la France n'a plus connu pareille situation depuis la Seconde Guerre mondiale. Selon les estimations de la Banque de France, le PIB s'est contracté de 6% au premier trimestre !

Une telle chute de l'activité d'un trimestre à l'autre ne serait comparable qu'au repli de 5,3% enregistré autour des grèves de mai 1968...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.