Le monde des affaires mobilisé pour éviter un retrait américain de l'Aléna

Le monde des affaires mobilisé pour éviter un retrait américain de l'Aléna

Face au risque d'un retrait américain de l'Aléna, le monde des affaires monte au front pour convaincre l'administration Trump de conserver l'accord de libre-échange

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 19 novembre 2017 à 09h34

Face au risque d'un retrait américain de l'Aléna, le monde des affaires monte au front pour convaincre l'administration Trump de conserver l'accord de libre-échange affirmant qu'il a largement profité en 23 ans à la première économie mondiale. 

Spot publicitaire télévisé expliquant pourquoi "l'Aléna est bon pour l'Amérique", multiplication des études démontrant les effets négatifs d'une sortie du traité, le dossier a été soumis aux sénateurs et la mobilisation, emmenée par la Chambre de commerce américaine, s'intensifie alors que les négociateurs du Canada, du Mexique et des Etats-Unis ont repris leurs tractations cette semaine à Mexico.

"Aux côtés de plusieurs autres groupes industriels, agricoles et du monde des affaires, nous avons porté le cas devant le Congrès ces dernières semaines", explique une porte-parole de la Chambre de commerce, la plus grande organisation patronale des Etats-Unis représentant plus de trois millions d'entreprises de tous secteurs et régions confondus.

Des discussions ont eu lieu avec les 100 sénateurs, précise-t-elle. Avec le même message, sortir de cet accord "serait une erreur". Pire, il serait "dévastateur" pour l'agriculture américaine notamment pour les producteurs de blé, estime l'organisation patronale.

Un retrait pur et simple "est toujours une option très probable, ce qui explique une telle pression du monde des entreprises", estime Monica de Bolle, experte au Peterson Institute for International Economics (PIIE).

En octobre, la quatrième session de discussions à Washington s'était soldée par des propositions américaines radicales comme une clause "crépusculaire" ("Sunset" en anglais) permettant d'abroger l'Aléna au bout de cinq ans ou l'abrogation du chapitre 19 permettant de régler les litiges commerciaux. 

Mexico et Ottawa les avaient immédiatement rejetées demandant aux négociateurs de l'administration Trump de revoir leur copie.

- Président 'imprévisible' -

Ces propositions ont eu pour effet de "réveiller" les sénateurs et les entreprises qui jusque-là ne prenaient pas véritablement au sérieux les menaces du président américain, observe Edward Alden du Council of Foreign Relations.

"A leur décharge, ce président est imprévisible. (...) Il est difficile de discerner ce qui relève de la plaisanterie de ce qui constitue une menace", dit-il.

Donald Trump a martelé que l'Aléna était le "pire accord" de l'histoire, lui imputant le colossal déficit commercial (plus de 64 milliards de dollars) avec le Mexique et la destruction de milliers d'emplois. 

Aujourd'hui, "diverses associations s'efforcent d'orienter positivement les discussions en tentant d'éloigner l'administration Trump de la rhétorique très sévère" lors des précédentes discussions, estime Monica de Bolle, pour qui la mobilisation produit un certain effet.

Pour preuve, dit-elle, la décision des ministres des trois pays de ne pas prendre part à la session de discussions en cours au Mexique évitant ainsi une escalade verbale. "Cela préserve la possibilité d'une sixième session en 2018", dit-elle.

"Le monde des affaires est désormais pleinement engagé. Et, il a à la fois de l'argent et de l'influence", renchérit Edward Alden. 

- Elections -

Mais à l'approche des élections de mi-mandat en 2018, Donald Trump entend afficher des réussites politiques. Or la crainte, souligne Mme de Bolle, est qu'il annonce un retrait de l'Aléna, évoqué pendant sa campagne de 2016, s'il ne parvient pas à faire passer au Sénat sa réforme sur la fiscalité.

Dans un sondage publié cette semaine, 56% des Américains ont estimé que l'Aléna était bénéfique pour les Etats-Unis. Les seuls électeurs républicains sont toutefois 54% à estimer le contraire.

"Les gens oublient que l'Aléna a contribué largement au développement du commerce entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique", note Beth Ann-Bovino, chef économiste chez S&P Global. "Il a triplé depuis la mise en oeuvre du traité", passant de 290 millions de dollars en 1993 à plus de 1,1 milliard en 2016, rappelle-t-elle.

Selon elle, l'accord a contribué à renforcer la compétitivité de l'industrie manufacturière en forçant les entreprises à innover, "ce qui, in fine, a accru l'emploi et les opportunités d'investissement".

L'économiste souligne enfin qu'un retrait de l'accord conduirait à une hausse des prix freinant la consommation, traditionnel moteur de l'économie américaine, avec pour conséquence une baisse des revenus des entreprises.

Citant enfin une étude menée par le cabinet ImpactEcon, les pertes d'emplois non qualifiés pourraient s'élever à 250.000 dans les 3 à 5 ans après le retrait, dit-elle. En ajoutant les postes qualifiés, ce sont un million d'emplois supplémentaires qui pourraient disparaître. 

 
5 commentaires - Le monde des affaires mobilisé pour éviter un retrait américain de l'Aléna
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug .....

    référence à l'article :

    Le secrétaire général de l'Élysée épuisé par Macron
    Statut : refusé
    Il y a 10 minutes
    le 19 11 2017 à 15 21

    c'est sûr que de tourner en rond sans avancer, ça épuise, et c'est tout le contraire de quelqu"un qui sait ou il va , combien de temps il a pour faire le chemin et qui ménage son effort en le rendant efficient et efficace.

    Les jeunes fougueux, font toujours beaucoup de vent pour faire comme si mais au final dans la fable de la fontaine on sait bien qui gagne!

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    référence à l'article :

    Le Pen "n'exclut pas" que le FN choisisse un autre candidat avant 2022
    Statut : refusé
    Il y a 12 minutes
    le 19 11 2017 à 15 05

    Je dois dire que j'admire les gens comme elle qui sont capables de se remettre ne cause, qui sont totalement différents des moules comme Juppé, qui s'accroche à son rocher, comme Philippe qui trahit tous ceux qui lui ont permis d'atteindre le poste qui est le sien, comme hollande qui dans sa veulerie, sa lâcheté sa médiocrité en est encore à croire qu'il représente et qu'il a représenté quelque chose, comme LE MAire qui après avoir un bouquin de 1000 pages en disant qu'il détenait la vérité absolue en est arrivée à avaler les pages les unes après les autres quand ses nouveaux amis de déroutes ne les lisent d'une fesse distraite..

    La France est Grande, la France mérite mieux qu'un théâtre de guignols, et celui présent à la plus haute fonction actuellement, et ce malgré la censure qu'il impose, malheureusement semble bien incapable de faire autre chose que ce que l'ENA lui a enseigné.

  • avatar
    ajlbn -

    Mafiosi est surement un troll payé à la ligne! il critique, il insulte, il ne fait que répéter les dogmes des nantis! Bon petit soldat du capitalisme sauvage!
    Il a un copain: Chychois. même école!
    A ce demander s'ils ne font pas partie d'une cellule de réponses formatées favorables à la nouvelle religion!

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug .....

    référence à l'article :

    Les Républicains : il n'y aura pas de débat télévisé entre les candidats à la présidence
    Statut : refusé
    Il y a 20 minutes
    le 19 11 2017 à 12 20

    Les candidats à cette disent ceci et cela , les uns contre les autres mais s'ils peuvent le faire c'est qu'ils sont plus que un....ce qui est totalement différent de LREM puisqu'il n'y avait qu'un candidat !

    Donc inutile de savoir s'il était nécessaire de faire des débats à la télé...

    l'audiovisuel français est si empli de ces bons fonctionnaires journalistes qui se bâtent pour conserver leurs acquis que ce sont eux qui vont faire la claque pour une élection LREM qui n'en est pas une.

    Magnifique pays que la France! Sa démocratie, ses dépenses publiques, ses fonctionnaires à foison à tous es étages .... son mille feuilles, son administration tatillonne et pesant comme un boulet coulant un navire, ses corps intermédiaires son absence d'industrie, son chômage de masse, ses plages, ses galets ...il sentait bon le sable chaud not' président !

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug .....

    référence à l'article :

    LR : la petite vengeance d'Édouard Philippe au congrès d'En marche !
    Statut : refusé
    Il y a 4 minutes
    le 19 11 2017 à 10 13

    Je ne savais pas que M. Philippe était un spécialiste des truismes !
    Mais il serait bon tout de mêem qu'il regarde ce qu'est une famille. Pour faire une famille il faut un papa et une maman qui décident d'engendrer un enfant. Et qui a donc décidé d'engendrer M. Philippe ? Le groupe bilderberg pourrait peut-être donner un début de commencement de réponse !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]