Le plafond des titres-restaurant passe à 38 euros

Le plafond des titres-restaurant passe à 38 euros
edenred

Boursier.com, publié le lundi 01 juin 2020 à 13h40

Pour inciter les Français à retourner dans les restaurants, le plafond journalier des tickets-restaurant va être doublé à 38 euros, contre 19 euros habituellement...

Les titres-restaurant vont connaître une petite révolution... A compter de ce mardi, le plafond des tickets-restaurant et des chèques déjeuner passera à 38 euros, contre 19 euros habituellement. Lors du cinquième comité interministériel sur le tourisme qui s'est tenu mi-mai, Edouard Philippe avait expliqué que cela allait permettre "d'accompagner la reprise pour les restaurateurs, dans de bien meilleures conditions".

Cela va également "permettre à tous les tickets-restaurant qui n'ont pas été utilisés pendant les mois de confinement d'être réinjectés dans l'économie de la restauration, c'est essentiel", avait estimé le Premier ministre.

En effet, en période de confinement, où tous les restaurants étaient fermés, les salariés continuaient de bénéficier de tickets-restaurant ou de chèques déjeuner même en télétravail. Ce nouveau plafond sera effectif jusqu'à la fin de l'année.

Valables que dans les restaurants

Autre nouveauté : alors qu'habituellement, les tickets-restaurant ne sont officiellement pas valables le dimanche et les jours fériés, et peuvent donc être refusés par les commerçants, ils seront désormais acceptés ces jours-là du 1er juin au 31 décembre.

En revanche, ce doublement du plafond ne concernera que les restaurants. Il n'y aura donc pas de changement pour les magasins d'alimentation, où l'usage des chèques déjeuner et tickets-restaurant reste limité à 19 euros par panier et pour les achats déjà prévus par la législation.

Le plafond à 95 euros abandonné

Pour rappel, le gouvernement avait d'abord envisagé de permettre de payer jusqu'à 95 euros de tickets-restaurant par semaine, afin "de payer en une seule fois ses courses alimentaires avec ses tickets restaurant", avait indiqué le ministère du Travail. Il s'agissait en effet d'une mesure envisagée pour éviter que les personnes multiplient les sorties courses pendant le confinement.

Or, cette possibilité a vite été abandonnée, afin que ce déplafonnement profite d'abord aux restaurateurs. Le ministère du Travail a également expliqué à 'franceinfo' que cette disposition ne semblait plus nécessaire avec le déconfinement...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.