Le risque d'un "hard Brexit" est bien réel, pour Jean-Claude Juncker

Le risque d'un "hard Brexit" est bien réel, pour Jean-Claude Juncker©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 18 septembre 2019 à 12h09

Londres souhaite toujours conclure un accord avec Bruxelles, tout en réaffirmant que le divorce aura lieu quoi qu'il arrive le 31 octobre.

Un accord sur la rupture entre le Royaume-Uni et l'Union européenne est encore possible, mais le risque d'un "hard Brexit" est bien réel, a jugé mercredi Jean-Claude Juncker. Le président de la Commission européenne, qui s'exprimait au Parlement européen, a expliqué que le Premier ministre britannique Boris Johnson lui avait dit lundi à Luxembourg que Londres souhaitait toujours conclure un accord avec Bruxelles, tout en réaffirmant que le divorce aurait lieu quoi qu'il arrive le 31 octobre.

"Il reste très peu de temps"

"Il reste très peu de temps ( ...) Le risque d'un 'no deal' est bien réel", a-t-il souligné, invitant le gouvernement britannique à proposer des alternatives au "backstop", la clause censée empêcher le rétablissement des contrôles à la frontière entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, que Londres juge inacceptable.

"Je n'ai pas d'attachement affectif au 'backstop' irlandais. J'ai demandé au Premier ministre de proposer des alternatives par écrit", a poursuivi Jean-Claude Juncker. S'adressant elle aussi aux députés européens, Tytti Tuppurainen, ministre finlandaise des Affaires européennes dont le pays exerce la présidence tournante de l'UE, a également jugé l'hypothèse du "no deal" "assez probable".

Ne pas sous-estimer les conséquences

"Je conseille à tous de ne pas sous-estimer les conséquences d'une absence d'accord, pour le Royaume-Uni en premier lieu, mais pour nous aussi", a quant à lui averti Michel Barnier.

"Trois ans après le référendum sur le Brexit, nous ne devrions pas faire semblant de négocier", a ajouté le négociateur européen en chef.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.