Le variant anglais en croissance de 50% par semaine, selon CovidTracker

Le variant anglais en croissance de 50% par semaine, selon CovidTracker©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 19 février 2021 à 18h25

Il représente environ un tiers des contaminations en France, selon le site spécialisé.

La France peut-elle rester sur le plateau observé depuis fin décembre, avec environ 20.000 cas de contaminations au coronavirus par jour ? Le gouvernement surveille de très près les variants du virus, qui semblent beaucoup plus contagieux.

Selon le site spécialisé CovidTracker, le variant anglais représente 36% des contaminations, "en croissance a priori de 50% par semaine". Cette progression "le rendrait majoritaire d'ici probablement la fin du mois de février ou début mars maximum", a estimé sur franceinfo vendredi Guillaume Rozier, ingénieur en informatique, et créateur du site.

Tour de vis ?

"Au moment où il sera majoritaire, on pourra voir si les mesures actuelles permettent de le contenir ou pas, puisque si le nombre de contaminations augmente dans les 2-3 prochaines semaines, c'est que les mesures actuelles ne permettent pas de contenir ce variant en anglais", a-t-il poursuivi, alors que de nombreuses questions se posent sur l'utilité d'un nouveau tour de vis.

Du côté des hospitalisations, la courbe suit celle des contaminations, avec deux semaines de retard, et CovidTRacker observe donc une baisse de 10 à 15% des enregistrements par semaine en ce moment. "Mais l'évolution de son admission à l'hôpital devrait suivre le nombre de cas dans les prochaines semaines. Je tiens à rappeler qu'on a toujours beaucoup d'admissions à l'hôpital. On a toujours beaucoup de formes graves, environ 1.400 par jour. C'est beaucoup plus que cet été. On a aussi beaucoup, environ 250", a précisé Guillaume Rozier.

Trop tôt pour mesurer les effets du vaccin

Concernant le vaccin, il estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions, alors que seuls 2,5 millions de Français seulement ont été vaccinés, dont un million ont reçu une deuxième dose. Il observe cependant "des indices qui sont positifs. La proportion des plus de 80 ans dans les hospitalisations a légèrement baissé par rapport aux autres tranches d'âge et les décès hospitaliers diminuent très légèrement".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.