Le vol de très longue distance, un marché de niche pour 20.000 km non stop

Le vol de très longue distance, un marché de niche pour 20.000 km non stop
Un Airbus A350-900 non équipé de moteurs sur le tarmac de Toulouse-Blagnac, le 20 mars 2018

AFP, publié le samedi 24 mars 2018 à 16h48

Portés par les nouvelles technologies avec des avions plus légers et des coûts de carburant plus bas, Boeing et Airbus rivalisent sur le marché de niche des vols de très longue distance, jusqu'à 20.000 km sans escale.

Le premier vol passagers direct sans escale reliant l'Australie à la Grande-Bretagne a quitté samedi Perth pour Londres, une liaison de la compagnie aérienne australienne Quantas de près de 15.000 km assurée par un Boeing 787 Dreamliner.

Quels sont les avions au plus long rayon d'action?

Les avions de nouvelle génération -construits en matériaux composites, plus légers et moins gourmands en carburant-, offrent une nouvelle jeunesse aux vols à très long rayon d'action.

Airbus va livrer cette année à Singapore Airlines son premier A350-900 ULR (ultra long range, ultra long rayon d'action), faisant passer la distance parcourue maximum de la gamme de son long-courrier A350 de 8.100 milles nautiques (environ 15.000 km et jusqu'à 16 heures de vol) à 9.700 nautiques (environ 18.000 km et jusqu'à 20 heures de vol) grâce à une optimisation de son système de carburant qui lui permet d'emporter 165.000 litres de fuel et une masse au décollage augmentée.

Boeing propose le 777-8 avec un rayon d'action de 8.700 milles nautiques (16.110 km) et avait lancé en 2006 son 777-200 LR (8.555 milles, 15.843 km)

Le Dreamliner 787-9 va jusqu'à 7.635 milles nautiques (14.140 km).

Quelles innovations, pour quel confort?

Dans de tels vols sans escale, l'"expérience client" est un élément essentiel pour la pérennité du programme.

Les avions de nouvelle génération, grâce à leur fuselage en composite, permettent une pressurisation de l'avion améliorée réduisant la fatigue à l'arrivée et l'effet de sècheresse des muqueuses (lèvres et nez).

En terme de bruit, ces appareils ont un niveau sonore perçu nettement réduit par rapport à ceux d'ancienne génération, ce qui augmente le confort des passagers.

Un éclairage LED programmable permet en outre de réduire le "jetlag", l'effet du décalage horaire, en diffusant une lumière de couleur différente en fonction de l'effet souhaité: rosée ou violette pour inciter à l'endormissement ou bleue pour aider au réveil.

Autres éléments participant au confort: une ventilation de la cabine sans courant d'air, une homogénéité des températures dans la cabine et un taux d'humidité plus élevé pour éviter l'irritation de la gorge ou des yeux.

Quels avantages, pour quels types de passagers?

Le vol direct permet de gagner en moyenne trois ou quatre heures d'escale, voire une nuit d'hôtel, et de choisir son temps de sommeil. 

Les hommes d'affaires sont une cible privilégiée mais pas seulement: éviter une escale peut convenir aux personnes âgées, aux personnes à mobilité réduite ou aux enfants.

Quel intérêt pour les compagnies?

En évitant le passage obligé des hubs - ces grosses plateformes de correspondance - les avions de très longue distance permettent aux compagnies d'envisager de nouvelles liaisons entre des villes secondaires à fort potentiel.

Il s'agit d'un "marché de niche" qui permet de "réduire l'importance des hubs", explique Didier Bréchemier, expert en aéronautique au cabinet de consultants Roland Berger. 

Le "seul risque" pour les compagnies d'opérer de tels vols de très longue durée est de "ne pas avoir suffisamment de fréquences" mais cet aspect "peut être couvert avec en complément une alliance" de compagnies aériennes, ajoute-t-il.

Quelle est la règlementation en vigueur sur la durée de vol?

Le règlement Etops (Extended-range Twin-engine Operation Performance Standards) de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) est la limite dans laquelle l'avion est certifié pour voler avec un seul moteur jusqu'à son atterrissage sur la piste la plus proche, quand il vole au dessus des océans par exemple. 

L'Etops a évolué en permanence depuis l'introduction du concept au cours des années 1980 avec le Boeing 767 et l'Airbus A310. Initialement, sa durée était de deux ou trois heures.

Aujourd'hui, les dernières générations de bimoteurs ont la certification Etops pour cinq voire six heures de vol avec un seul moteur, en fonction des configurations.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Le vol de très longue distance, un marché de niche pour 20.000 km non stop
  • avatar
    FelixM -

    La course au gigantisme et à la surconsommation, ici de carburant, a encore de beaux jours devant elle.

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 24 03 2018 à 19 04

    Comme l'avion est un transport en commun, je pense qu'au niveau mondial, il faudrait que les prix de ces transports devraient être gratuit. Si c'est vrai pour Paris ce doit être vrai aussi pour tous les transport en Commun.?

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 24 03 2018 à 18 05

    C'est vrai qu'il y a paraît-il de plus en plus de Français jeunes retraités ( et le nombre est plus important pour ceux qui votaient à gauche) qui partent dabns d'autres pays pour conserver leur pouvoir d'achat;

    c'est certainement par solidarité et pour vivre ensemble, entre eux et en accueillants dans leur clan les membres de leur tribu ?

    Alors avec ces vols longs courriers dont les émissions de CO² et de particules fines ne sont pas prises en compte en terme de pollution, ils de déplaceront plus vite qu'à 80 Km /h en camping car sur les routes Français.

    On pourrait avoir les chiffres officiels des gens qui quittent la France ?

    Les jeunes parce qu'ils ne peuvent plus supporter l'enfer fiscal et le chômage, et les anciens qui par générosité veulent conserver leur pouvoir d’achat !