Les appels frauduleux aux dons en forte hausse avec le coronavirus

Les appels frauduleux aux dons en forte hausse avec le coronavirus
pièce un centime euro

Boursier.com, publié le jeudi 07 mai 2020 à 15h40

La répression des fraudes et l'Autorité de contrôle prudentiel appellent à la plus grande vigilance.

Fausse cagnotte pour soutenir les soignants, appel aux dons "bidon" pour des sans abris... Les escroqueries ont accéléré en France depuis le début de la pandémie de coronavirus. La répression des fraudes (DGCCRF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) appellent donc les acteurs du financement participatif ainsi que le public à la plus grande vigilance.

Les intermédiaires en financement participatif ainsi que les prestataires de services de paiement qui assurent la gestion des flux financiers associés aux cagnottes en ligne "doivent (...) veiller à ce que leurs procédures et dispositifs de contrôle garantissent le respect des obligations d'identification, de vigilance constante et de déclaration prévues en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, de l'entrée en relation jusqu'au versement des fonds collectés au bénéficiaire", peut-on lire dans un communiqué.

Attention aux faux démarchages

Concernant les particuliers, il est conseillé de se renseigner sur l'entité qui propose ce service (dénomination sociale, pays d'établissement, adresse du siège social, numéro d'immatriculation, site internet...) et de vérifier systématiquement qu'elle est autorisée en consultant le site internet de l'ORIAS, le registre des intermédiaires du secteur financier. Il faut aussi vérifier que la participation au financement du projet est proposée "depuis le site internet d'une plateforme dédiée, régulièrement autorisée à exercer son activité".

"Si vous avez été démarché par des opérateurs vous invitant à procéder directement par le biais d'un virement sur un compte bancaire au financement d'un projet, il s'agit sans doute d'une pratique frauduleuse", notent par ailleurs la DGCCRF et l'ACPR.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.