Les banques européennes vont subir de nouveaux 'stress tests'

Les banques européennes vont subir de nouveaux 'stress tests'
Le logo du groupe sur un bâtiment à Fontenay-sous-Bois

Boursier.com, publié le jeudi 01 février 2018 à 10h47

C'est reparti pour un tour. Les principales banques du Vieux continent vont être soumises à de nouveaux 'stress tests' afin d'évaluer leur solidité financière. L'Autorité bancaire européenne, qui est chargée de réaliser ces évaluations, a dévoilé les scénarios retenus dans le cadre de ces examens dont les résultats seront publiés avant le 2 novembre 2018.

Concrétisation de 4 risques systémiques dans le scénario noir...

Le scénario de base est conforme aux dernières prévisions publiées par la Banque centrale européenne en décembre, tandis que le scénario le plus défavorable suppose la concrétisation de quatre risques systémiques, considérés actuellement comme les menaces les plus importantes pour la stabilité du secteur bancaire de l'UE: une hausse abrupte et importante des primes de risque sur les marchés financiers mondiaux, qui se répercuterait sur les pays européens et conduirait à un resserrement des conditions financières ; un cercle vicieux négatif entre la faible rentabilité des banques et la faible croissance nominale résultant de la baisse de l'activité économique dans l'Union européenne ; inquiétude sur la viabilité de la dette publique et privée dans un contexte de réévaluation potentielle des primes de risque et d'incertitude politique accrue; et un risque de liquidité dans le secteur financier non bancaire avec des retombées potentielles sur l'ensemble du système financier.

... et deux années de récession

Concrètement, ce scénario adverse serait marqué par une contraction du PIB européen de respectivement -1,2% et -2,2% en 2018 et 2019 avant une légère hausse de +0,7% en 2020. Globalement, le scénario implique une déviation du PIB de l'UE par rapport à son niveau de base de 8,3% en 2020, soit le scénario le plus sévère jamais testé par le régulateur.

48 banques, représentant 70% des actifs bancaires de la zone euro, seront passées au peigne fin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.