Les Bourses asiatiques partagées face au suspense de l'élection américaine

Chargement en cours
Un financier dans une société de change à Tokyo, le 4 novembre 2020
Un financier dans une société de change à Tokyo, le 4 novembre 2020
1/2
© AFP, Philip FONG

AFP, publié le mercredi 04 novembre 2020 à 08h26

Les Bourses asiatiques scrutaient nerveusement mercredi les premiers résultats de l'élection présidentielle américaine entre Donald Trump et Joe Biden, qui s'annonçait extrêmement serrée, avec notamment des victoires notables du président américain sortant en Floride, au Texas et dans l'Ohio.

La Bourse de Tokyo a fini la séance en nette hausse, comme elle l'avait commencée dans la foulée des gains de la veille à Wall Street. Son indice vedette Nikkei a gagné 1,72% à 23.695,23 points, mais a lâché du lest dans les derniers échanges alors qu'il évoluait encore autour de 2% auparavant.

Peu avant la clôture de Tokyo, le président américain sortant a prédit sur Twitter sa "grande victoire" et accusé les démocrates de tenter de la lui "voler", ce qui augurait une potentielle contestation de son camp en cas de défaite.

Même si la "vague bleue" démocrate n'est pas survenue, Joe Biden restait pour le moment en tête au niveau du nombre de grands électeurs. "Gardez la foi, nous allons gagner!" a-t-il lancé devant des partisans, s'affichant optimiste sur l'Arizona et la Pennsylvanie, deux autres Etats-clés.

A Hong Kong, durant les échanges dans l'après-midi l'indice Hang Seng était bien plus hésitant (+0,32%), comme les indices composites de Shanghai (+0,09%) et Shenzhen (+0,14%).

Outre le risque pour la Chine de voir Donald Trump rempiler pour quatre ans et les tensions sino-américaines se poursuivre, les marchés chinois subissaient aussi le coup de massue du report annoncé la veille de la méga-introduction en Bourse de Ant Group, le mastodonte chinois des paiements en ligne, ce qui plombait le cours de l'action Alibaba, son ancienne maison mère.

Le marché du pétrole continuait sur sa lancée de la veille, surfant toujours sur les spéculations d'une prolongation de la durée des réductions de production par les pays de l'Opep et leurs alliés.

Vers 07H00 GMT le baril de brut américain WTI gagnait 1,62% à 38,27 dollars et le baril de Brent de la mer du Nord prenait 1,61% à 40,35 dollars.

Une victoire de Joe Biden, qui veut limiter l'exploitation de pétrole de schiste aux Etats-Unis, pourrait aussi faire monter les cours de l'or noir à court terme.

- Le dollar parie sur Trump -

Les contrats à terme sur les indices boursiers américains étaient en hausse, surtout ceux du Nasdaq. Les investisseurs anticipaient "moins de restrictions oppressantes" pour les géants américains de la tech avec l'éloignement d'une victoire écrasante des démocrates, décryptait l'analyste Stephen Innes d'AxiCorp.

Sur les principaux indices européens, les contrats à terme pointaient vers une ouverture en timide progression.

Au niveau des devises, le dollar montait face au yen après 06H30 GMT, à raison d'un dollar pour 104,91 yens contre 104,49 yens mardi à 21H00 GMT.

Le billet vert s'appréciait aussi face à l'euro, lequel valait 1,1654 dollar contre 1,1715 dollar la veille.

"On a affirmé que si Donald Trump était élu cela redonnerait de la vigueur au billet vert. C'est actuellement ce qui est en train d'arriver", commentait John Plassard de Mirabaud Securities.

Les bureaux de vote aux Etats-Unis ont fermé progressivement d'est en ouest, les derniers ayant clôturé à 01H00 heure locale (mercredi 06H00 GMT).

Le nom du vainqueur pourrait ne pas être connu rapidement, en raison des nombreux votes par correspondance, qui risquent de retarder le dépouillement dans de nombreux Etats déterminants ou de tronquer des résultats préliminaires.

"Il pourrait ne pas y avoir de résultats clairs pendant plusieurs jours (...). La course est loin d'être finie", résumait David Madden de CMC Markets.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.