Les Bourses européennes moroses après le plongeon des places asiatiques et de Wall Street

Chargement en cours
 Un indicateur de la bourse de Tokyo, le 9 février 2018

Un indicateur de la bourse de Tokyo, le 9 février 2018

1/3
© AFP, Behrouz MEHRI

AFP, publié le vendredi 09 février 2018 à 13h04

Les Bourses européennes cédaient à la morosité vendredi en milieu de journée après le nouveau décrochage des places asiatiques et de Wall Street, sur fond d'inquiétudes à la perspective de la fin des politiques accommodantes des banques centrales.

Les grandes places européennes ont commencé la séance sur des replis plutôt modérés avant d'accentuer progressivement leur recul.

A 11H20 GMT, Francfort perdait 0,38%, Paris reculait de 0,58% et Londres de 1,49%.

"Les actions européennes sont en baisse ce matin mais elles résistent relativement bien si l'on considère l'ampleur des déclins en Asie et aux Etats-Unis", où les investisseurs sont "particulièrement nerveux", a relevé David Madden chez CMC Markets.

"Les mouvements erratiques qui ont lieu aux Etats-Unis perturbent les investisseurs ici et le sentiment en Europe pourrait changer quand les échanges reprendront à New York", a-t-il estimé.

En Asie, les Bourses chinoises ont de nouveau dévissé à l'unisson des places asiatiques.

Tokyo, qui avait perdu plus de 7% lundi et mardi avant de rebondir, a lâché 2,32%. Même affolement à Shanghai où l'indice composite a lâché 4,05% et près de 10% sur l'ensemble de la semaine. 

La Bourse de Shenzhen, deuxième place de Chine continentale, a de son côté dévissé de 3,19% et Hong Kong a chuté de plus de 3%.

Le répit sur les marchés aura été bref. La Bourse de New York a été regagnée jeudi par une grande fébrilité qui a fait chuter ses indices vedettes de plus de 10% depuis les sommets atteints fin janvier. 

Le Dow Jones Industrial Average, qui regroupe 30 grands noms de Wall Street, a perdu 4,15%, soit plus de 1.000 points. 

"C'est reparti. Juste au moment où on pensait pouvoir revenir en toute sécurité sur les marchés, ils sont de nouveau sur la défensive", a commenté dans une note David de Garis, directeur au sein de la National Australia Bank.

La déroute de Wall Street avait été déclenchée la semaine dernière par une montée rapide du taux d'emprunt à dix ans des Etats-Unis, dans la foulée de l'annonce d'une statistique américaine positive sur l'emploi et les salaires.

- "Une goutte d'eau" -

Après plusieurs mois d'euphorie et sur fond d'amélioration de l'économie, les investisseurs se sont soudainement inquiétés d'une possible accélération de l'inflation et d'une remontée plus rapide que prévu des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Jeudi, un autre indicateur a fait redouter une accélération de la normalisation de la politique monétaire: les inscriptions hebdomadaires au chômage ont enregistré une baisse surprise pour descendre à leur deuxième plus bas niveau en 45 ans.

Dans le même temps, la Banque d'Angleterre (BoE) a prévenu d'un resserrement monétaire peut-être plus marqué si l'économie continuait de s'améliorer.

Les investisseurs surveillent aussi la Banque centrale européenne (BCE), où s'agitent en coulisses "colombes", partisans de garder une politique très accommodante, et "faucons", désireux de resserrer plus vite les vannes du crédit.

Les indices mesurant la volatilité s'envolaient en cette fin de semaine, "signe que les inquiétudes des investisseurs s'intensifient", a commenté pour l'agence Bloomberg News Hideyuki Ishiguro, analyste chez Daiwa Securities à Tokyo.

"Le marché américain est entré dans une phase de correction, c'en est fini de la tendance à la hausse", a-t-il jugé.

Toutefois, les observateurs restaient pour la plupart optimistes au vu de la bonne santé des économies mondiales et des solides résultats d'entreprises publiés ces derniers jours.

Dans les salles de marchés, l'ambiance "est plus à la frustration qu'autre chose", a-t-il ajouté. "Ce n'est pas vraiment de la panique (...) c'est une façon de tester jusqu'où on peut descendre".

Du côté de la banque centrale américaine, on se voulait aussi rassurant. Le président de la Réserve fédérale de New York, William Dudley, a minimisé jeudi les secousses boursières.

"C'est une goutte d'eau (...). Le petit repli sur le marché boursier n'a virtuellement pas d'implication sur les perspectives économiques", a-t-il insisté.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Les Bourses européennes moroses après le plongeon des places asiatiques et de Wall Street
  • avatar
    Tueur -

    Voilà , mes achats sur Axa sont enfin passés à moins de 25 ....... ! !
    Idem SG ......
    Maintenant, j'attends le télésiège ....... qui m' emmènera vers le sommet ....... vers la stratosphère koi .......
    Pour ce we et en l'honneur de la fin des Soldes, je mets une autre bouteille au frais .......
    Plus vite les taux vont monter, plus tôt j'encaisse les plus-values ......... hihihihihi

    avatar
    pigeonxxl38 -

    mais tes taux ils t'ont fait aussi un petit dans le dos ils ne vont pas forcément vite remonter hihihihihihi ... complètement siphonné ce gazier !

  • avatar
    Fitchio -

    Je comprends le langage technique de Mr Félix, qui apparemment est bien plus correct et châtié que celui de "Tueur", pseudonyme qui prête à confusions à notre époque .

    Cependant, concernant les problème de cécité et de compréhension mutuels, j'invite tous ces gens à se renseigner sur la philosophie véhiculée par un ophtalmologue qui lui y voyait très clair; j'ai nommé le Dr Lazare Zamenhoff !

    avatar
    pigeonxxl38 -

    mais ça saute aux yeux Mr Félix avec sa montagne de chiffres est un expert en la matière a contrario ce Tueur ex Mafiosi Mafiosette est une vraie puanteur un branleur allumeur usurpateur bonimenteur manipulateur dans un rôle de bouffon des plus grands pleins de ronds , remarquez pour démence profonde il faudrait peut-être l'enfermer dans un établissement spécialisé !

  • avatar
    trelau -

    En gros,moins de "chômeurs,une économie qui remonte la pente(parait il)
    çà fait fait baisser la bourse ?

    avatar
    FelixM -

    Oui, c'est à cause l'anticipation d'une remontée des taux d'intérêt. On le sait depuis plus d'un an aux USA, mais les investisseurs préféraient voir la vie en rose avec les promesses électorales de Trump.
    Avec Janet Yelen à la tête de la Fed ils avaient constaté que la remontée des taux était très prudente, lente et modeste.
    Mais l'inflation est plus élevée que prévu, l'emploi aussi : l'économie marche trop bien.
    Pour lutter contre l'inflation il faudra remonter les taux plus vite et plus fort qu'anticipé. Or c'est de loin la principale variable pour établir le cours des obligations et des actions.

  • avatar
    Tueur -

    Surréaction ...... comme d'hab ........
    Donc, opportunités !

    avatar
    FelixM -

    Je serais moins enthousiaste que vous. Il y a un renversement de paradigme, les investisseurs acceptent maintenant de voir que dix ans de baisse des taux et plus de quinze ans de liquidités à volonté sont derrière nous. Le décrochage sera à la mesure de la durée excessive de leur cécité.
    Tout dépendra maintenant du niveau auquel se feront les anticipations sur cette variable cruciale. Si elles se mettent en place progressivement et raisonnablement, il y aura des secousses qu'on pourra mettre à profit pour investir. Si, comme on peut le craindre, les boursiers décident de réviser du tout au tout leur vision, le krach est à nos portes et on pourra revenir sur les marchés dans 6 à 18 mois, 40 à 60 % en dessous des sommets.
    Bien qu'on observe une périodicité approximative de dix ans pour les crises économiques et les krachs, et que le précédent remonte à 2008, ce n'est pas obligatoirement l'alternative la plus probable.

    avatar
    Tueur -

    notre position actuelle : 30% liquidités (par sécurité & pour saisir les opportunités) , 50 % actions (Europe et émergents - rendement CAC & moyennes capitalisation) & 20% obligations ......

    avatar
    pigeonxxl38 -

    en étant beaucoup moins technique dans vos analyses FelixM mais peut-être plus réaliste le Tueur ex Mafiosi le Roi de la Branlette avec son Dieu la grosse Trompinette et Wall Strett sa Mecque ça devait marcher comme sur des roulettes , quand il y passe pour se prosterner et prier pour que le bon temps puisse durer , ce mec en profite pour faire un détour sous le bureau ovale et tailler une jolie pipette a la grosse Trompinette ....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]