Les chauffeurs de taxis manifestent contre Uber à Barcelone

Chargement en cours
Une affiche "Uber, ennemi public" dans un taxi, lors d'une manifestation de chauffeurs de taxis contre Uber à Barcelone, le 18 mars 2021
Une affiche "Uber, ennemi public" dans un taxi, lors d'une manifestation de chauffeurs de taxis contre Uber à Barcelone, le 18 mars 2021
1/2
© AFP, LLUIS GENE

AFP, publié le jeudi 18 mars 2021 à 17h52

Des centaines de taxis ont défilé jeudi dans le centre de Barcelone, en Espagne, pour protester contre le retour dans leur ville de la société américaine de VTC Uber, qui en était partie en 2019 après un dur conflit.

Des centaines de taxis ont défilé jeudi dans le centre de Barcelone, en Espagne, pour protester contre le retour dans leur ville de la société américaine de VTC Uber, qui en était partie en 2019 après un dur conflit.

Uber a lancé mardi à Barcelone une nouvelle application qui permet de commander des taxis classiques, détenteurs d'une licence, sans qu'il s'agisse d'un service de véhicules de transport avec chauffeur (VTC).

Après une dure grève des taxis barcelonais, la région de Catalogne avait en janvier 2019 strictement restreint l'activité des VTC, ce qui avait entraîné le départ d'Uber de Barcelone, deuxième ville d'Espagne très prisée des touristes.

Mais pour le syndicat Elite Taxi, à la pointe du combat contre la firme américaine, la nouvelle application lancée par Uber "ne respecte pas le régime tarifaire" imposé aux taxis et tire les prix vers le bas.

"Il y a des règles et il faut les appliquer (...) pour garantir aux usagers que toutes les applications proposent les mêmes prix", a déclaré à la presse Tito Alvarez, responsable de ce syndicat.

Uber revient avec cette application "comme un cheval de Troie (...) en disant vouloir travailler avec les taxis mais c'est un mensonge", a dénoncé Luz, une conductrice de taxi participant à la manifestation.

"Nous sommes un service régulé avec des tarifs régulés (...) Ils veulent se mettre dedans et changer les lois", craint la chauffeuse.

Fin 2017, Elite Taxi avait remporté une victoire lorsque la Cour de justice de l'Union européenne avait conclu que les services du géant américain Uber relevaient principalement du "domaine des transports" et devaient être soumis aux mêmes réglementations que les taxis.

Uber avait déjà dû suspendre son activité une première fois en 2014 en Espagne: un juge avait interdit son service qui mettait à l'époque en relation chauffeurs privés et usagers.

Elle avait relancé son activité de VTC en 2016 à Madrid, avec des chauffeurs disposant d'une qualification professionnelle, et à Barcelone en 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.