Les compagnies aériennes doivent éviter de survoler le sud de l'Iran

Les compagnies aériennes doivent éviter de survoler le sud de l'Iran
Boeing

Boursier.com, publié le vendredi 21 juin 2019 à 14h04

La Federal Aviation Administration a interdit aux transporteurs américaines de survoler l'espace aérien contrôlé par l'Iran au-dessus du détroit d'Ormuz et le golfe d'Oman...

La tension est encore montée d'un cran entre l'Iran et les Etats-Unis. Quelques heures après que Téhéran eut abattu un drone américain volant à haute altitude à l'aide de missile sol-air, on a appris que Donald Trump avait annulé au dernier moment des frappes contre l'Iran. Malgré cette volte-face, les inquiétudes sur la sécurité dans la région sont fortes et les autorités américaines ont décidé d'interdire aux compagnies aériennes locales de survoler l'espace aérien contrôlé par l'Iran au-dessus du détroit d'Ormuz et le golfe d'Oman.

Le tir visant un drone Global Hawk non armé, qui peut voler jusqu'à 18.300 mètres d'altitude, fait suite à une série d'incidents dans la région du Golfe, notamment des frappes visant six pétroliers dans cette zone cruciale pour les approvisionnements mondiaux de brut.

Les transporteurs s'adaptent

À la suite de la décision de la Federal Aviation Administration (FAA), les compagnies aériennes ont dû réagir en urgence à la situation. British Airways (groupe IAG), Lufthansa, Malaysia Airlines, Qantas Airways, Singapore Airlines mais aussi Japan Airlines, ANA Holdings et KLM ont ainsi annoncé détourner leurs vols pour éviter la zone. Les avions d'Air France ne survolent habituellement pas le détroit d'Ormuz, a déclaré à Reuters une porte-parole d'Air France-KLM.

Quelques heures auparavant, la compagnie américaine United Airlines avait déjà suspendu ses vols entre l'aéroport de Newark, dans le New Jersey, et Mumbai en Inde après une étude de sécurité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.