Les consommateurs de bio se posent davantage de questions

Les consommateurs de bio se posent davantage de questions©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 21 février 2019 à 18h21

L'agence bio observe dans son rapport annuel une diminution du nombre de consommateurs réguliers.

Le "bio" reste très tendance en France : en 2018, près de neuf consommateurs sur dix (88%) déclarent avoir acheté des produits biologiques. Si ce score demeure très élevé, il se heurte, pour la première fois depuis quatre ans, à des nuances. L'agence bio, l'organisme public qui suit son évolution dans l'Hexagone, observe "une diminution des consommateurs réguliers et par conséquent une hausse des non consommateurs".

Moins de consommateurs au quotidien

Dans son rapport annuel, l'agence note que la part de consommateurs "quotidiens" a perdu quatre points. Ils ne représentent plus que 12% des interrogés, contre 16% en 2017. "La part de non consommateurs de produits alimentaires biologiques augmente à 12% versus 8% en 2017. Et, près d'un Français sur cinq déclare ne pas en acheter, retrouvant son score le plus bas de 2015", poursuivent les auteurs de cette étude.

Les CSP- sont "sur-représentés" parmi les non-acheteurs ou ceux qui achètent du bio moins d'une fois par mois. Les habitants de la région Normandie (66%) et des Hauts-de-France (61%) délaissent également ces produits. La part des consommateurs réguliers, au moins une fois par mois, se stabilise à 71% versus 73% en 2017). Les catégories socio-professionnelles supérieures (78%) et les habitants d'Ile-de-France achètent sensiblement plus : 77% disent le faire régulièrement.

Le budget stagne

Autre enseignement de cette étude : l'enveloppe consacrée au bio ne progresse plus. Après trois années consécutives de hausse significative, plus de la moitié des acheteurs (54%) déclarent avoir eu un budget stable au cours des 12 derniers mois, sans différence notable au sein de la population. Les CSP+ sont sensiblement plus nombreux à avoir plutôt augmenté leur budget. A l'inverse, les CSP- estiment l'avoir diminué.

Quels sont les principaux freins à la consommation ? Comme les années précédentes, c'est le problème des prix élevés qui est le plus évoqué, par 84% des sondés. Viennent ensuite les doutes sur le fait que le produit soit bio (62%), le manque de réflexe de consommer ce type d'aliments (37%), une offre qui ne correspond pas aux besoins (27%), et un manque d'information (23%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.