Les dépenses de 'R&D' des entreprises les plus innovantes au monde atteignent des records !

Les dépenses de 'R&D' des entreprises les plus innovantes au monde atteignent des records !
Amazon logistique

Boursier.com, publié le mercredi 25 octobre 2017 à 10h28

Les dépenses annuelles de 'R&D' à l'échelle mondiale ont dépassé les 700 milliards de dollars en 2017. C'est ce que révèle Strategy&, l'activité de conseil en stratégie de PwC, dans la 13ème édition de son étude " Global Innovation 1000 ", qui analyse les investissements des 1000 entreprises les plus innovantes au monde.
 
Cela représente un rebond significatif à hauteur de 3% de dépenses supplémentaires par rapport à l'année dernière. Cependant, la majorité (52%) des 562 dirigeants interrogés par le cabinet de conseil et d'audit craignent que la tendance générale au nationalisme économique, notamment dans les grandes puissances - Etats-Unis, Royaume-Uni et Chine - impacte négativement le budget 'R&D' de leur entreprise.
 
Parmi les autres grands enseignements de cette étude :
Avec plus de 16 milliards de dollars, Amazon est aujourd'hui la 1ère entreprise au monde en matière d'investissements en R&D ; Mais, selon les responsables de la R&D en entreprise, Alphabet devient l'" Entreprise la plus innovante " ("Most Innovative Company") devant Apple, alors que pour la première fois, une entreprise chinoise, Alibaba, intègre le Top 10 de ce classement...

Le nationalisme économique, ennemi des politiques d'innovation des entreprises ?

Dans la 13ème édition de l'étude Strategy& "Global Innovation 1000", les responsables de la 'R&D' ont exprimé leurs inquiétudes quant à la problématique du nationalisme économique, de plus en plus fréquente dans les débats publiques. Ils questionnent son impact sur les programmes d'innovation des entreprises : la façon dont les entreprises innovent et les domaines auxquels elles consacrent leur budget innovation.
 
Dans l'ensemble, 52% des répondants affirment qu'une tendance générale au nationalisme économique aurait un impact modéré ou significatif sur le budget 'R&D' de leur entreprise.
 
Depuis des dizaines d'années, les grandes entreprises investissent dans la 'R&D' hors des frontières du pays où est situé leur siège social. En 2015, 94% des grandes entreprises investissaient dans des activités de 'R&D' dans plusieurs pays. Mais l'attention croissante accordée aux réglementations et aux politiques sur les visas, la circulation des travailleurs, le partage des connaissances et la technologie amène certaines entreprises à questionner la pérennité de leurs réseaux d'innovation intégrés au niveau mondial.

Ainsi, les effets des mesures de nationalisme économique sont déjà ressentis ou anticipés par certaines entreprises : Près d'un tiers (33%) des responsables de la 'R&D' interrogés par Strategy& déclarent avoir déjà ressenti des effets sur le recrutement ou la fidélisation des talents. Ils citent les restrictions applicables à la délivrance de visas ou de permis de travail comme des explications au départ de certains collaborateurs ou à la baisse du nombre de candidats compétents.

Pas de pression ?

Bien que près de 66% des personnes interrogées affirment ne pas avoir subi de pression pour modifier leur approche en matière d'innovation dans leur pays d'origine à ce jour, 23% reconnaissent avoir été soumises à ce type de pression dans un autre pays.En Amérique du Nord, près de la moitié des entreprises envisagent de modifier leur programme de R&D au cours des deux prochaines années suite aux évolutions de la situation politique.

D'après Laurent Molinié, Directeur chez Strategy&, l'activité de conseil en stratégie de PwC : "En matière de 'R&D', les objectifs et les montants investis par les entreprises ne changeront sans doute pas du jour au lendemain même si le nationalisme économique continue de se renforcer. En revanche, le modèle d'innovation des grands groupes internationaux devrait, quant à lui, évoluer. Dans de nombreuses entreprises, ce qui est aujourd'hui un réseau interdépendant à l'échelle mondiale pourrait se transformer en un groupe de hubs plus autonomes, s'adjoignant les services d'experts techniques sur des marchés locaux et ouvrant des centres de 'R&D' sur les marchés régionaux. Or, cela pourrait se traduire pour les entreprises par une perte d'efficacité et des coûts plus élevés en cas de mauvaise gestion."

Le Canada, l'Allemagne et la France pourraient sortir gagnants d'un renforcement des politiques protectionnistes au niveau mondial

Selon les dirigeants interrogés par Strategy&, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine sont les pays les plus susceptibles de connaître des changements politiques qui auront des conséquences sur leurs investissements en 'R&D'. Les flux de personnes qualifiées aux États-Unis et au Royaume-Uni pourraient connaître des bouleversements alors qu'en Chine, les dépenses de 'R&D' et la fiabilité des investissements en provenance de l'étranger seraient menacées.
 
Dans ce contexte, le Canada, l'Allemagne et la France pourraient être les trois premiers pays bénéficiaires de la mise en oeuvre généralisée des politiques de nationalisme économique.

Selon Laurent Molinié : "Dans cette période de repli nationaliste de la part des premières puissances économiques mondiales, la France a pris le virage opposé en élisant un Président libéral prônant l'accélération des échanges et des mesures fiscales favorisant les investissements dans les entreprises.  En matière d'innovation, les groupes français ont ainsi tout à gagner."

En 2017, les entreprises françaises continuent de reculer dans le classement " Global Innovation 1000 "

En 2017, seuls 37 entreprises françaises figurent parmi les 1000 groupes leaders mondiaux en matière d'innovation. C'est deux entreprises de moins qu'en 2016, sept de moins qu'en 2015 et neuf de moins qu'en 2014.
 
Les entreprises françaises ne représentent plus que 3,4% du total des dépenses en 'R&D' des 1000 géants mondiaux (contre 4,5% en 2016). Avec 22,5 milliards d'euros investis dans la Recherche & Développement au cours de l'année 2017, les sociétés françaises du classement "Global Innovation 1000" ont diminué leurs dépenses R&D d'un cinquième en un an (27,5 milliards d'euros en 2016).
 
Cette année, l'équipementier automobile Faurecia et le groupe industriel Air Liquide font leur entrée dans le Top 20 des entreprises françaises qui investissent le plus dans la 'R&D'. Si Sanofi reste loin devant les autres groupes français, elle continue de perdre du terrain à l'échelle mondiale : 16e dans le classement "Global Innovation 1000" en 2015, la société pharmaceutique française avait gagné la 21e position en 2016 pour s'établir aujourd'hui en 24eplace. Selon Laurent Molinié : "Les dépenses R&D des géants du net ont atteint des niveaux exceptionnels (Amazon $16Mds, Alphabet $14Mds).

Suivre de tels rythmes de croissance (+16% pour le secteur Internet & Software entre 2016 et 2017 ; +5% pour la Santé) n'est pas simple pour toutes les entreprises françaises... L'émergence de licornes comme Devialet ou Sigfox, et la conjugaison des efforts des acteurs privés et publics (pôles de compétitivité, mesures fiscales incitatives), nous laisse présager un meilleur avenir".

Alphabet prend le titre d'Entreprise la plus innovante au monde, détenu depuis 2010 par Apple

En matière de dépenses consacrées à la 'R&D', Amazon est la première entreprise du classement "Global Innovation 1000" avec 16,1 milliards de dollars investis en 2017. C'est la première fois qu'une entreprise technologique prend la tête du classement. Elle a évincé Volkswagen, qui recule de 5 places. 
 
Alphabet arrive en 2e position de ce classement en totalisant 13,9 milliards de dollars d'investissements en R&D. Elle est pourtant perçue comme l'entreprise la plus innovante au monde par les responsables de la R&D interrogés par Strategy&, devant Apple pour la première fois en 7 ans. Le géant de Cupertino et Amazon viennent compléter ce podium exclusivement américain...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU