Les entreprises du CAC 40 se sont très bien adaptées à la crise

Les entreprises du CAC 40 se sont très bien adaptées à la crise
cac40

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 24 juin 2021 à 10h58

Si le choc a été rude, les géants du CAC ont réussi à s'adapter "en un temps record", selon le "Profil financier du CAC 40" réalisé par EY.

Si le choc a été rude, les géants du CAC ont réussi à s'adapter "en un temps record", selon le "Profil financier du CAC 40" réalisé par EY.

Les grandes entreprises cotées en bourse se sont très bien adaptées à la pandémie qui a paralysé la planète. Le "Profil financier du CAC 40" réalisé par EY à partir des comptes consolidés à fin 2020, et publié en exclusivité par "Les Echos", montre que si le choc a été rude, les géants du CAC ont réussi à s'adapter "en un temps record".

L'activité en a pourtant pris un sérieux coup : le chiffre d'affaires agrégé a enregistré un plongeon de 15%, chiffre sans précédent, largement supérieur au choc de 2008 (-10%). "A 1.186 milliards d'euros, l'activité des géants du CAC 40 ressort à peine plus élevée qu'en 2009", expliquent 'Les Echos'.

Profits nets en chute

Les profits nets ont atteint 36 milliards d'euros, au plus bas depuis plus de quinze ans. Résultat, la marge opérationnelle a sombré elle aussi, à 6,5% contre 8,3% l'année précédente.

L'activité a redémarré en trombe dès le second semestre, "avec un niveau proche des résultats semestriels des années précédentes", en dépit d'un contexte sanitaire encore tendu. "Alors que quinze sociétés du CAC 40 étaient en perte à fin juin, seulement 7 d'entre elles ont terminé l'année dans le rouge", explique le journal. Elles ont sans surprise profité des aides publiques, en particulier le chômage partiel. Le dispositif a été utilisé par au moins 21 sociétés de l'indice parisien (neuf d'entre elles n'ont pas livré d'information sur ce sujet).

Climat tendu pour l'énergie

L'énergie a payé un lourd tribut pendant la crise. Selon les données de EY, son chiffre d'affaires a chuté de 31% et ses profits de 66%, passant de 11,8 à 4 milliards d'euros, pénalisé par une demande en berne pour les produits pétroliers et d'une chute historique des cours. La séquence a donc été particulièrement compliquée pour Total et TechnipFMC - ce dernier est sorti depuis du CAC40.

L'industrie aussi a souffert, avec une activité globale en repli de 17%, plombée par le secteur aéronautique. Les géants "Airbus et Safran affichent des baisses d'activité de 29 % et 34 % respectivement", expliquent 'Les Echos'. Mais EY cite à l'inverse l'exemple de Saint Gobain, qui a enregistré des résultats et une marge record sur les six derniers mois de l'année. Le secteur du luxe a également tiré son épingle du jeu, grâce à l'Asie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.