Les exploitations bio plus solides financièrement

Les exploitations bio plus solides financièrement
bio alimentation biologique

Boursier.com, publié le mardi 12 décembre 2017 à 17h13

Le marché des produits bio poursuit son envolée en France, et devrait afficher en 2017 une croissance de près de 14%, soit un chiffre d'affaires de plus de 8 milliards d'euros, selon les estimations publiées mardi par Coface. "Malgré son poids encore modeste (3,5% en 2016) dans le marché agroalimentaire, la consommation de produits bio ne cesse de progresser (69% des Français en ont consommé au moins une fois par mois en 2016, +25 points depuis 2012)", rappelle l'assureur-crédit dans une étude. Ils sont 15% à en avoir consommé quotidiennement en 2016, soit un bon de 7 points par rapport à 2012, selon des données de l'Agence Bio et de CSA.

Des entreprises plus solides

Coface observe que les exploitations bio sont financièrement solides. L'assureur crédit observe qu'elles ont été moins sujettes aux défaillances d'entreprise sur la période 2012-2016, alors que dans l'ensemble du secteur ces dernières ont progressé de +4,9% par an. D'après les auteurs de l'étude, "une augmentation de +10% de la part du bio dans la production totale d'une filière est associée à une baisse de -11% des défaillances d'entreprise".

Ils constatent une baisse des défaillances dans les filières fruits et vigne et une hausse inférieure ou avoisinant la moyenne chez les apiculteurs et dans la filière des ovins et caprins. A l'inverse, la viande porcine (part de 0,9% / hausse de +18,8%), les grandes cultures (part de 2,1% / hausse de +12%) et la volaille (part de 1,4%-hausse de +9,5%), moins concernées par le mode de production bio, ont enregistré une hausse plus importante des défaillances.

Comment changer d'échelle

Le bio peut-il changer d'échelle en France ?, s'interroge Coface. Sa part dans la surface agricole utile totale reste modeste (6,5% au premier semestre 2017) et inférieure à la moyenne européenne, loin derrière l'Autriche, la Suède, l'Estonie, l'Italie et la République tchèque. "Le recours à l'innovation pour aller vers une agriculture de précision (utilisation de capteurs, simplification  de la logistique) et l'augmentation de la taille des exploitations peuvent y contribuer", estime l'assureur-crédit.

"La volonté d'une partie des agriculteurs bio français de conserver une taille "humaine" en opposition à une agriculture conventionnelle, dite "intensive", sera mise au défi face à une tendance inévitable à l'agrandissement des exploitations et à la concentration du secteur de la distribution bio", relèvent les auteurs de cette étude. Ils mettent en avant la puissance des grands groupes français de la distribution, avec une part de marché qui reste élevée à 45% (- 4 points depuis 2011), contre 30% (+5) pour les distributeurs spécialisés en réseau.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Les exploitations bio plus solides financièrement
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 12 12 2017 à 17 28

    Quand le blé produit de façon raisonné est commercialisé départ ferme aux environs de 135 euros, le blé bio est acheté par je ne sais qui pour faire je ne sais quoi 400 euros la tonne...forcément que les entreprises Bio font de meilleures marges.

    Alors non seulement les produits bios sont payés plus cher par le consommateur mais de plus pour un HA en Bio et en Blé le " bioculteur" reçoit environ 350 euros de l'ha...en plus de celui qui produit en raisonné. elle est pas belle la vie quand on vient comparer des choses qui ne sont comparables ?

    Mais là n'est pas la fin de l'histoire, et en restant sur cet exemple du Blé, une fois que la " bio aura " atteint 50 % de la production française ...ça coûte combien au contribuable pour payer les 350 euros par HA ?

    Et pourquoi les autres pays achèteraient donc du blé à 400 euros la tonne alors que le prix mondial est à 150 ?

    On va rester un peu sérieux et après on en reparle.

    Et juste pour conclure, ce bon hollande à fait en sorte que la Russie - en la titillant avec deux mistral perdants fourgué à l'Egypte...qui vient de signer avec la Russie la construction d'une centrale nucléaire pour une poignée de milliards) produise bientôt trois fois plus de blé que la France...alors le blé Français bio sera un marché marginal et de niche pour la caverne idéologique et ses habitants, qui ne fera que mourir... comme est mort l'homme de cro-magnon et de Néandertal ...et tous les autres aussi d'ailleurs

    Mais c'est vrai qu'il existait un petit village gaulois et que et que ...et au final ni le village Gaulois est encore vivant, ni les Romains..

    Mais après tout, chacun ses certitudes n'est-ce pas! et l'histoire est là pour dire la vérité et faire le tri entre les fantasmes et les dénis.