Les faillites d'entreprises devraient bondir cette année au Royaume-Uni

Les faillites d'entreprises devraient bondir cette année au Royaume-Uni
Drapeau anglais

Boursier.com, publié le lundi 05 mars 2018 à 10h30

La tendance à la baisse des défaillances dans le monde a connu une pause en 2017, avec une remontée de +1%, observe Euler Hermes dans une étude publiée lundi. Ce phénomène s'explique selon l'assureur-crédit par "un rebond des faillites en Asie et dans les marchés émergents (Russie et Brésil notamment)". Le repli devrait néanmoins reprendre en 2018 (-1%), grâce à l'amélioration de la conjoncture économique mondiale, même si certains pays risquent de se retrouver en difficulté.

C'est notamment le cas du Royaume-Uni, où plane "le spectre du Brexit", selon les auteurs de cette étude. Ils tablent sur un bond des faillites de 8% cette année. "Les importateurs et les consommateurs ont été affectés par la résurgence des tensions inflationnistes relatives suite à la dépréciation de la livre", expliquent-ils. Le pays fait figure d'exception en Europe de l'Ouest, où le nombre de faillites devrait reculer de -3% cette année, grâce à la reprise économique et à des conditions monétaires favorables.

Effet domino

La Chine devrait se son côté enregistrer une cinquième année consécutive de hausse des défaillances, avec une progression sensible de 10%, après +35% en 2017. C'est le pays qui enregistre le plus grand nombre de défaillances d'entreprises dans le monde. La tendance est également à la hausse en Asie-Pacifique (+6%) car la région continue de pâtir de la transition économique chinoise.

"Ce qu'il faut retenir, c'est que le nombre de défaillances d'entreprises à l'échelle mondiale se stabilise après sept années de baisse prononcée. Le risque de crédit fait son grand retour en parallèle de la reprise économique internationale. En 2018, les entreprises d'Asie, d'Amérique Latine, d'Europe de l'Est et du Royaume-Uni devront être particulièrement surveillées. En parallèle, on assiste à une hausse importante du nombre de faillites de grandes entreprises. Dans des secteurs comme les services ou la distribution, la disruption n'épargne personne. Attention à l'effet domino !", analyse Ludovic Subran, Chef économiste d'Euler Hermes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.