Les Français de moins en moins opposés au vaccin

Les Français de moins en moins opposés au vaccin©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 12 mars 2021 à 14h39

La proportion de Français prêts à se faire vacciner augmente, selon un sondage Harris. Seul le sérum d'AstraZeneca divise davantage les sondés.

La proportion de Français prêts à se faire vacciner augmente, selon un sondage Harris. Seul le sérum d'AstraZeneca divise davantage les sondés.

Plus de deux tiers des Français sont prêts à se faire vacciner contre le COVID-19, selon les résultats d'une enquête Harris Interactive pour LCI publiée vendredi.

L'institut de sondage, qui a interrogé 1.478 personnes entre le 11 et le 12 mars, indique que 64% des Français déclarent vouloir se faire vacciner dès qu'ils en auront la possibilité. Cela représente une augmentation de huit points par rapport à l'enquête réalisée le 7 janvier.

Interrogés sur leur confiance dans les vaccins contre le COVID-19, 55% des sondés ont répondu positivement.

AstraZeneca pose question

Les Français se montrent cependant partagés à l'égard du vaccin d'AstraZeneca en particulier: 43% seulement des sondés déclarent faire confiance au sérum du laboratoire anglo-suédois.

D'après l'enquête d'Harris Interactive, près de trois Français sur quatre (73%) estiment que les vaccins anti-COVID peuvent entraîner des effets secondaires.

Le vaccin suspendu dans plusieurs pays

Jeudi, plusieurs pays européens ont annoncé qu'ils suspendaient l'utilisation d'un lot de vaccins d'AstraZeneca contre le COVID-19 après des troubles de la coagulation signalés parmi des personnes vaccinées notamment en Autriche et au Danemark. Ils ont été suivis vendredi par la Thaïlande.

En France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a cependant déclaré qu'il n'y avait pas lieu à ce stade de suspendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca dans le pays.

Le vaccin d'AstraZeneca est un "excellent vaccin" a assuré de son côté Margaret Harris, porte-parole de l'Organisation mondiale de la Santé, lors d'un point de presse vendredi en rappelant qu'aucun lien de causalité n'avait été établi entre le vaccin et les cas de thrombose évoqués.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.