Les Français et l'épargne : la peur du risque comme moteur !

Les Français et l'épargne : la peur du risque comme moteur !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 21 juin 2019 à 06h22

L'aversion au risque reste très forte en France chez les particuliers...

Le Groupe Meilleurtaux, maison-mère de meilleurtaux.com, a annoncé l'acquisition définitive de MonFinancier SAS, société de conseil en investissements financiers qui devient Meilleurplacement. A cette occasion, les deux entités ont mené conjointement un sondage exclusif auprès de plus de 1.000 répondants sur les motivations des Français concernant leur épargne et les raisons qui dictaient leur choix. Les résultats sont éloquents...

A la question générale : quelles sont les raisons qui vous poussent à épargner ? 61% des personnes interrogées répondent : disposer d'une épargne de sécurité, 33% pour réaliser un projet (vacances, travaux, voiture...). Moins d'un tiers le font pour financer leur retraite (29% seulement), se constituer un patrimoine (28%), se constituer un capital en vue d'acquérir un bien immobilier (14%), financer les études de vos enfants (11%), réduire vos impôts, défiscaliser (9%), soutenir les entreprises / l'économie (3%), financer votre propre projet d'entreprise (3%)

En regardant de plus près ces données, nous constatons des différences entre les réponses données par les hommes et celles fournies par les femmes...

En effet, si les hommes sont 65% à privilégier la sécurité, les femmes ne sont que 58%. En revanche, elles placent en seconde position comme motivation à épargner la réalisation d'un projet (à 36%) quand les hommes déclarent (en raison numéro 2) épargner pour se constituer un patrimoine (35%).

Une aversion au risque caractérisée

A la seconde question : quels sont les critères que vous prenez en compte pour choisir un placement ?

Ils sont à nouveau 61% à répondre "son faible risque de perte et la sécurité du placement" alors que seulement 37% répondent "les performances du placement (obtenues par le passé)", 26% "son potentiel de performance (à l'avenir)" 34% la fiscalité du placement, et 19% sa capacité à préparer la retraite.

"Ce qui nous frappe dans cette étude, c'est la totale aversion au risque des épargnants et plus généralement des Français" explique Marc Fiorentino pour MonFinancier/Meilleurplacement.com "en effet, ils privilégient de façon écrasante la sécurité à la rentabilité ce qui explique les 400 milliards d'euros "oubliés" sur les comptes bancaires non rémunérés et la masse de liquidités parquée dans les livrets A" explique Marc Fiorentino pour MonFinancier/Meilleurplacement.com. "Je suis également étonné par le faible niveau de focalisation sur la retraite et la constitution d'une épargne adaptée" ajoute-t-il...

Et le meilleur placement est...

A cette question la réponse là encore fait la part belle aux placements "sécurité", ils sont en effet 22% à placer en tête les placements immobiliers (achat de la résidence principale, résidence secondaire, investissement locatif...), juste devant les contrats d'assurance-vie en Euros à 21%, suivis des livrets d'épargne (Livret A, LDD, Livret d'épargne populaire) à 10%.

Notons que 4% seulement privilégient le PEA (plan d'épargne en actions) ou même l'épargne immobilière papier (SCPI, OPCI etc...).

"Sans surprise l'immobilier et l'assurance vie caracolent en tête des placements préférés des Français. Les épargnants comprennent de mieux en mieux les avantages de l'assurance vie et c'est une bonne nouvelle : il leur reste néanmoins à mieux maîtriser tous ses atouts" explique Marc Fiorentino. "Car encore une fois, c'est la faiblesse du risque, la simplicité et la fiscalité qui sont les 3 raisons principales à ce choix. A noter que si nous n'observons pas de différences entre les hommes et les femmes sur les deux premières raisons, l'attrait fiscal ressort à 27% chez les hommes pour seulement 18% chez les femmes et inversement les femmes sont presque deux fois plus nombreuses à considérer la rapidité du gain (12%) contre 7% chez les hommes".

Financement des retraites

A la question : diriez-vous qu'il est important d'épargner dès aujourd'hui en vue de financer sa retraite ou de se constituer un complément de retraite ? Ils sont 42% à déclarer que c'est indispensable, 44% que c'est préférable, 5% superflu et 9% ne savent pas quoi en penser.

Comportement vis-à-vis du placement : la prise de risque augmente avec les revenus et diminue avec l'âge...

Les réactions des Français à différents profils d'investissement

Profil prudent : "vous souhaitez avant tout préserver votre capital en limitant les risques. Les risques de pertes sont faibles et les gains potentiels sont limités" : font ce choix 60% des Français (71% chez les femmes pour 48% chez hommes), 67% chez les moins de 3000 euros et 64% chez les patrimoines les plus faibles.

Profil équilibré : "vous souhaitez allier performance et risque modéré. Les risques de perte existent mais vous permettent d'espérer un rendement plus élevé" : choisi par 32% (41% chez les hommes pour 24% chez les femmes).

Profil dynamique : "vous souhaitez que votre capital reste dynamique et flexible. Les risques de perte sont importants mais vous permettent d'espérer un rendement également important" : sélectionné par 6% (8% pour les hommes et 3% chez les femmes)

Profil offensif : "vous cherchez avant tout à profiter des gains potentiels tout en acceptant les risques. Les risques de perte sont élevés, mais l'espérance de rendement l'est également" : seulement 2% (mais 9% chez les moins de 25 ans et les revenus supérieurs à 6000 euros).

Connaissance des produits...

De manière générale, plus les revenus et le patrimoine sont élevés, plus exactes sont les réponses : Connaissance du taux du livret A : 55% des français le connaissent : 64% des hommes, 47% des femmes.

Connaissance du plafond du livret A : 29% seulement des Français donnent la bonne réponse : 36% chez les hommes, 23% chez les femmes. Le taux de bonnes réponses est corrélé avec le salaire mensuel : 21% chez les moins de 3.000 euros, 39% chez les 3.000/6.000 euros, 51% chez les plus de 6.000 euros.

Selon vous, l'assurance vie rentre-t'elle dans le calcul de l'Impôt sur la Fortune Immobilière ? Pour rappel, l'Impôt sur la Fortune immobilière (IFI) remplace l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF). Il s'agit d'un impôt s'appliquant sur le patrimoine immobilier net imposable des contribuables français. 15% seulement des français donnent la bonne réponse !...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.