Les Français rechignent à puiser dans leur épargne

Les Français rechignent à puiser dans leur épargne©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 20 octobre 2020 à 10h25

Près d'un Français sur deux (48%) envisage de souscrire un crédit à la consommation pour ne pas avoir à toucher à son épargne, selon une étude.

Le gouvernement multiplie les appels pour inciter les Français à dépenser leur épargne, qui a grimpé depuis le début de la crise sanitaire... Mais les intéressés semblent plutôt enclins à emprunter pour réaliser leurs projets. Selon une étude du CSA Research réalisée pour Cofidis, près d'un Français sur deux (48%) envisage de souscrire un crédit à la consommation pour ne pas avoir à toucher à son épargne.

La tendance est en forte hausse : +14 points par rapport à février 2020, soit juste avant le début du confinement.

Baisse de pouvoir d'achat

L'épidémie de Covid-19 a engendré une évolution significative du marché du crédit à la consommation. Un Français sur cinq (19%) envisage de souscrire un crédit à la consommation pour faire face à une baisse de pouvoir d'achat, notamment les ménages les moins aisés (29%).

"Une tendance qui pourrait se renforcer puisque quatre Français sur dix déclarent être touchés par les conséquences économiques de la crise sanitaire", écrivent les auteurs de cette étude.

Plus de souplesse

Un Français sur quatre (25%) a l'intention de souscrire un paiement en trois ou quatre fois avec sa carte bancaire, moins engageant qu'un crédit traditionnel. "Cette tendance devrait s'accélérer avec la crise sanitaire : en juin 2020, 27% des Français déclaraient avoir utilisé le paiement en plusieurs fois sans frais dans l'année, contre 19% en 2019 (+8 points en un an)", selon Cofidis. Par ailleurs, un Français sur trois (34%) envisage de souscrire un crédit à la consommation en ligne (+5 pts par rapport à 2018).

Plus d'un Français sur quatre détient actuellement un crédit à la consommation (26,5%) et moins d'un quart des Français (23%) n'en n'a jamais souscrit.

En moyenne, ils empruntent 10.000 euros sur un durée de 28 mois (jusqu'à 35 mois pour les 65 ans et plus). Malgré le contexte économique difficile, la quasi-totalité de ces futurs emprunteurs estiment qu'ils n'auront aucune difficulté à rembourser leur emprunt (91%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.