Les Gilets jaunes se préparent pour un 19ème samedi de mobilisation

Les Gilets jaunes se préparent pour un 19ème samedi de mobilisation©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 mars 2019 à 19h09

Des appels à manifester ont notamment été lancés place du Trocadéro à Paris, à Montpellier, Strasbourg ou Lyon, ainsi qu'à Guéret, dans la Creuse.

La France se prépare pour un 19ème samedi de manifestations de "Gilets jaunes" sous haute surveillance, après le saccage le 16 mars des Champs-Elysées - qui a notamment coûté son poste au préfet de police de Paris, Michel Delpuech.

"Je vous demande de faire en sorte que la doctrine de maintien de l'ordre soit effectivement et résolument mise en oeuvre sans hésitation ni demi-mesure", a dit le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner jeudi lors de l'installation du nouveau préfet. "Je vous demande une impunité zéro".

Didier Lallement, pour qui ce sera le baptême du feu dans la capitale, a présenté vendredi matin à Christophe Castaner et à son secrétaire d'Etat Laurent Nunez son dispositif. Il a notamment pris un arrêté interdisant tout "rassemblement de personnes se revendiquant des 'Gilets jaunes'" avenue des Champs-Elysées et dans un périmètre comprenant la présidence de la République, l'Assemblée nationale, la Place de l'Etoile et une portion de 100 mètres des rues transversales.

Appels à manifester

Des appels à manifester ont notamment été lancés place du Trocadéro à Paris, à Montpellier, Strasbourg ou Lyon, ainsi qu'à Guéret, dans la Creuse, où la mobilisation devrait prendre la forme d'un blocage routier.

Des préfets ont décrété des interdictions de manifester dans des périmètres sensibles, comme à Toulouse place du Capitole ou dans le centre de Nice et de Marseille. Toute personne manifestant dans ces zones interdites s'exposera à une amende de 135 euros. La Ligue des droits de l'Homme a décidé d'introduire un recours devant le Conseil d'Etat contre cette mesure, qui constitue selon elle une "atteinte grave à la liberté de manifester".

Au total, selon une source policière, une cinquantaine de compagnies de CRS et plus de 60 unités de gardes mobiles seront notamment mobilisées sur toute la France, dont une quinzaine des premières et 26 des secondes à Paris.

200 millions d'euros de dégâts

Le coût cumulé des dégâts - assurés - depuis le début du mouvement des "Gilets jaunes" s'élève à environ 200 millions d'euros, en incluant les dégradations commises samedi dernier, selon Bercy.

"J'estime désormais, après les événements de samedi, en liaison avec la Fédération française de l'assurance (FFA), ce coût global des sinistres à 200 millions d'euros et non plus 170 millions d'euros", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire mardi lors d'une audition par les commissions des Lois et des Affaires économiques du Sénat.

La précédente estimation de la FFA, fournie lundi par le ministre et qui portait sur les 10.000 déclarations de sinistres enregistrées depuis le 17 novembre avant les violences ayant émaillé l'"Acte 18" de samedi dernier, s'établissait à 170 millions d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.