Les gros fraudeurs bientôt brocardés en France ?

Les gros fraudeurs bientôt brocardés en France ?
Un avis d'imposition.

Boursier.com, publié le jeudi 01 février 2018 à 06h03

La France ne va pas hésiter à exposer ceux qui fraudent le fisc. Dans le cadre de son projet de lutte contre la fraude fiscale, le gouvernement a prévu de rendre publiques les fraudes les plus graves, voire les peines et les sanctions prononcées. C'est le premier ministre qui l'a indiqué hier lors de la séance des questions au gouvernement. Edouard Philippe ne s'est pas beaucoup plus étendu sur le plan, même s'il a précisé qu'il allait frapper plus fort sur les officines qui font profession de contourner la loi. Le chef du gouvernement a promis que les services fiscaux auraient les moyens de mener à bien cette mission, notamment au niveau matériel, technique et juridique.

Dans un entretien au Figaro, Gérald Darmanin, le ministre de l'action et des comptes publics, a pour sa part précisé vouloir renforcer la lutte contre la délinquance en col blanc. Aujourd'hui, un contrôle fiscal sur quatre débouche sur un redressement nul ou dérisoire, a-t-il souligné. Le gouvernement souhaite arrêter son dispositif dans les prochains mois, c'est-à-dire d'ici l'été, selon Darmanin.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Les gros fraudeurs bientôt brocardés en France ?
  • avatar
    MINEUR59 -

    Non, en tant que citoyen et consommateur, j'aimerais savoir qui paie ou ne paie pas d’impôts en France afin de boycotter ceux qui n'en paient pas et privilégier ceux qui participent au fonctionnement de nos institutions.

  • avatar
    corsofleury -

    Nous allons bientôt connaître la terreur. Cela va nous rajeunir. Il faut remettre en vigueur la Loi des suspects. Plus question de faire des économies sur l'argent public puisqu'on va en faire rentrer un peu plus.