Les pièces de 1 et 2 centimes vont-elles disparaître en France ?

Les pièces de 1 et 2 centimes vont-elles disparaître en France ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 23 juillet 2018 à 10h15

Les petites pièces jaunes vont-elles disparaître en France ? Ce serait un des axes du comité d'action publique 2022 (Cap 2022), qui planche sur des économies dans la sphère publique à la demande du gouvernement. Ses premières pistes ont fuité dans la presse en fin de semaine dernière, avec 22 mesures, pour réaliser une trentaine de milliards d'économies à moyen terme.

Parmi ces réformes, "nous proposons d'aller progressivement vers une société sans espèces, à l'image de la Suède", écrivent les experts. "On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple", détaillent-ils.

Les citoyens y sont favorables

D'après un Eurobaromètre consacré à la zone euro datant de décembre 2017, près des deux tiers des Européens sont favorables à la suppression de ces pièces. Leur production coûte cher : fabriquer une pièce de 1 centime, 1,3 g d'acier cuivré de 1,67 mm d'épaisseur, coûte 1,2 centime. Une activité déficitaire pour les Etats, d'autant qu'une part énorme de ces pièces disparaît au fond des tiroirs ou quitte le pays avec les touristes.

La réforme préconisée par Cap 2022 irait plus loin, avec la suppression des chèques et des timbres pour les paiements fiscaux et sociaux d'ici deux ans. Les experts souhaitent aussi "rendre obligatoire l'acceptation des paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum, et développer une application par laquelle les consommateurs pourraient aisément signaler des difficultés".

"Zéro cash"

La mise en oeuvre de ces réformes conduira à la dématérialisation intégrale des paiements aux administrations à horizon 2020. Le Comité est convaincu que cette réforme "zéro cash" serait une source d'économies importantes - mais n'a pas été en mesure de les chiffrer. "Par ailleurs, elle devrait permettre de lutter contre la fraude fiscale et donc d'accroître la rentrée d'impôts", affirme le comité.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU