Les placements "ESG" répondent aux attentes de toutes les catégories d'investisseurs (Etude)

Les placements "ESG" répondent aux attentes de toutes les catégories d'investisseurs (Etude)©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 20 mai 2019 à 08h56

55% des investisseurs institutionnels ont l'intention d'augmenter leurs allocations en stratégies ESG en 2019...

L'appétit pour les stratégies ESG (Environnemental, Social et Gouvernance) est grandissant car leur potentiel de création d'alpha est de plus en plus reconnu... Cependant, pour les institutionnels, la qualité des reporting et des notations constituent encore des défis, selon une enquête publiée aujourd'hui par Natixis Investment Managers.

Le rapport de cette enquête croisée sur l'investissement ESG, compile les résultats de quatre enquêtes mondiales réalisées auprès des conseillers indépendants en gestion de patrimoine, des investisseurs particuliers, des investisseurs institutionnels et des sélectionneurs de fonds professionnels.

Les principales conclusions révèlent que 59% des CGPI, 57% des sélectionneurs de fonds professionnels et 56% des investisseurs institutionnels, pensent qu'il est possible de générer de l'alpha grâce aux stratégies ESG, notamment en atténuant l'exposition aux risques sociaux et de gouvernance. Plus de la moitié (56%) des investisseurs individuels estiment que les entreprises qui font preuve d'un niveau d'intégrité élevé surpasseront leurs paires...

Les investisseurs institutionnels continuent de montrer la voie en adoptant les stratégies ESG dans leurs portefeuilles : Près des deux tiers d'entre eux (66%) estiment que l'investissement ESG deviendra pratique courante au cours des cinq prochaines années, contre 60% en 2017. Parmi ceux qui mettent en oeuvre des stratégies ESG aujourd'hui, 46% estiment que l'analyse ESG est aussi importante pour leur processus de placement que l'analyse fondamentale traditionnelle...

Encore un effort ?

Cependant, l'enquête révèle aussi la nécessité d'établir des reportings et notations plus poussés. Plus des deux tiers (68%) des CGPI répondent qu'ils seraient plus enclins à recommander des placements ESG s'ils disposaient de données et de rapports de meilleure qualité...

"En tant que gérant actif, nous considérons les facteurs ESG comme faisant partie intégrante des stratégies d'investissement actives et de long terme. Les investisseurs sont en accord avec ceci. Les stratégies d'investissement ESG sont désormais reconnues au-delà du champ étroit dit "screening" négatif auquel elles étaient auparavant associées. La demande pour les stratégies ESG augmente plus vite que l'offre disponible. À mesure que ces stratégies se développent et entrent dans une plus large palette de processus d'investissement, les investisseurs auront besoinde plus de clarté concernant la composition de ces stratégies, comment celles-ci sont mises en oeuvre, et quels sont les avantages de performance liés aux facteurs ESG" déclare Jean Raby, Directeur général de Natixis Investment Managers. "Des actions sont nécessaires, notamment en matière de taxonomie et de labels dans l'ensemble de l'industrie, mais aussi en faveur d'une plus grande transparence sur les reporting ESG et le climat."

Les professionnels de l'investissement prennent les devants...

Comme pour la plupart des innovations dans l'univers de la gestion, les investisseurs institutionnels prennent les devants concernant l'ESG... Ils sont déjà six sur dix à intégrer l'ESG dans leurs portefeuilles, et la majorité d'entre eux (55 %) prévoient d'accroître leurs allocations en 2019.

Les investisseurs institutionnels intègrent un large éventail de stratégies ESG, le plus souvent fondées sur l'intégration, c'est-à-dire l'incorporation de l'analyse des facteurs ESG au processus d'analyse fondamentale.

L'investissement ESG fait également son chemin sur les marchés wholesale, où 65% des sélectionneurs de fonds déclarent en avoir fait un élément clé de leurs stratégies. Dans cette sphère, ils sont un peu moins nombreux à recourir à l'intégration complète (28%) et à l'exclusion (22%), mais plus nombreux à utiliser à la fois l'investissement à impact et les approches "bestin-class" (15% dans les deux cas).

Les jeunes à l'avant-garde parmi les investisseurs particuliers !

Contrairement à leurs aînés, les milléniaux sont une majorité (56%), comme, avant eux, près de la moitié (48%) des Génération X, à penser que leurs investissements peuvent avoir un impact positif pour la société.

Seuls 41% des baby-boomers et 30% des membres de la "génération silencieuse" étaient de cet avis...

L'ESG pour refléter ses valeurs

Parmi les groupes d'investisseurs interrogés, l'enquête révèle que ce sont les investisseurs particuliers qui accordent le plus d'importance à l'adéquation entre leurs valeurs personnelles et leurs choix d'investissement. 81% d'entre eux, disent attacher de l'importance à la possibilité de personnaliser leurs placements pour qu'ils reflètent leurs convictions personnelles...

Cette préférence ne s'exerce toutefois pas au détriment des rendements : 48% des investisseurs français déclarent rechercher à ce que leurs placements reflètent leurs convictions personnelles, mais pas au prix d'une performance inférieure.

Presque trois investisseurs institutionnels sur cinq (59%) et plus de la moitié (52%) des sélectionneurs de fonds professionnels désignent aussi le besoin d'aligner leurs stratégies d'investissement sur les valeurs de leur institution comme principale raison pour intégrer les critères ESG...

Les considérations environnementales devant la gouvernance et les aspects sociaux

Pour les professionnels de l'investissement du monde entier, l'environnemental reste la première des considérations ESG. Interrogés sur les indicateurs qu'ils sont le plus désireux d'intégrer à leur stratégie d'investissement, plus des trois quarts (76%) des investisseurs institutionnels désignent le facteur environnemental, devant la gouvernance (70%) et le volet social (61%).

Cette priorité est aussi mise en avant par les sélectionneurs de fonds professionnels, pour qui les facteurs environnementaux constituent la considération première dans quatre cas sur cinq (80% des répondants), suivis par la gouvernance (73%) et les questions sociales (65%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.