Les restaurants et bars ne croient plus à une réouverture le 20 janvier

Les restaurants et bars ne croient plus à une réouverture le 20 janvier©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 06 janvier 2021 à 11h20

Les différentes organisations syndicales du secteur sont convoquées à une réunion ce mardi à 15 heures au ministère de l'Economie. Sans grand espoir...

Les restaurateurs et les cafetiers français fermés pour cause d'épidémie de Covid-19 ne croient plus à une réouverture le 20 janvier, après avoir été reçus à Bercy mercredi... Le report de cette date de réouverture évoquée par Emmanuel Macron fin novembre devrait être acté mercredi lors d'un conseil de défense à l'Elysée et annoncé jeudi par le Premier ministre, Jean Castex.

"On a bien compris que le 20 janvier, nous n'ouvrirons pas. Et quand on a demandé une date, le gouvernement n'a pas répondu", a dit à Reuters Roland Héguy, président confédéral de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), premier syndicat du secteur en France, au sortir de la réunion de Bercy.

"Le 20 janvier, il faut oublier"

Le rendez-vous a réuni les représentants du secteur (Umih, Groupement national des indépendants GNI, Groupement national des chaînes hôtelières GNC et Syndicat national de la restauration thématique SNRTC), le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno le Maire, et le ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises, Alain Griset.

"La date du 20 janvier, il faut l'oublier", a dit à Reuters Marcel Bénezet, président de la branche Cafés du GNI, syndicat dont le président Didier Chenet se trouvait à la même réunion. "Tout sera annoncé jeudi par le Premier ministre et le ministre de la Santé (Olivier Véran)."

Maintien des aides

Selon Roland Héguy, Bruno Le Maire a promis à ses interlocuteurs qu'il allait maintenir les aides aux entreprises jusqu'à la fin de l'épidémie et dit son intention de demander aux banques un report d'un an pour le début du remboursement des prêts garantis par l'Etat, qui devait commencer en avril.

"On a des entreprises dont l'économie est à zéro, qui sont couvertes de dettes, on a besoin d'une bouée de survie. Les professionnels sont vraiment épuisés psychologiquement", a-t-il souligné. La France a enregistré 20.489 nouvelles contaminations par le coronavirus et 867 décès supplémentaires, montrent les chiffres publiés mardi par les autorités sanitaires.

Différents membres du gouvernement n'ont pas caché ces dernières heures que la situation était tendue. Le ministre de la Santé a par exemple estimé mardi sur RTL qu'il n'était pas possible pour l'heure d'assouplir les restrictions en vigueur pour limiter la propagation du coronavirus.

Sur un plateau

"La tendance c'est que depuis le début du mois de décembre, nous sommes sur un plateau. Nous sommes en moyenne à 14.000 cas par jour (...), un plateau qui est élevé, bien moins élevé que chez nos voisins (...) mais assez élevé pour nous faire dire que nous ne pouvons pas relâcher les contraintes comme nous l'espérions si la situation avait été meilleure", a expliqué Olivier Véran.

"Aujourd'hui, au regard du nombre de cas, il paraît peu probable qu'on puisse ouvrir le 20 janvier", avait déjà prévenu dimanche le ministre délégué aux petites et moyennes entreprises Alain Griset sur Europe 1.

"Au regard des éléments chiffrés que nous avons aujourd'hui, nous sommes loin des chiffres que nous avions prévus", a expliqué le ministre, rappelant l'objectif de moins de 5.000 cas par jour pour envisager une réouverture.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.