Les sanctions américaines contre la Russie maintenues "en l'état" (Trump)

Les sanctions américaines contre la Russie maintenues "en l'état" (Trump)
Donald Trump, le 30 juillet à la Maison Blanche avec le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte

AFP, publié le mardi 31 juillet 2018 à 07h36

Les sanctions américaines contre la Russie "sont maintenues en l'état", a déclaré le président américain, Donald Trump, lundi alors que le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, pressait les Etats-Unis à un dialogue avec la Russie.

Depuis la Maison Blanche, M. Conte s'est dit pour sa part ouvert à des discussions avec Moscou: "l'Italie est favorable à un dialogue avec la Russie, mais l'Italie considère également que le dialogue entre les Etats-Unis et la Russie est fondamental".

"Les sanctions contre la Russie ne sont pas et ne peuvent pas représenter une fin en soi", a-t-il également déclaré.

"Les sanctions contre la Russie sont maintenues en l'état", a réagi M. Trump.

Le président américain avait été critiqué il y a deux semaines pour son attitude conciliante envers Vladimir Poutine lors de leur sommet à Helsinki, alors que la Russie est accusée par le renseignement américain d'ingérence lors de l'élection présidentielle de 2016. 

Depuis la rencontre en Finlande, Washington s'évertue à faire preuve de fermeté à l'égard de Moscou.

Lors d'une audition devant le Congrès la semaine dernière, le secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, avait notamment affirmé que "les Etats-Unis rejettent la tentative d'annexion de la Crimée par la Russie et s'engagent à poursuivre cette politique tant que l'intégrité territoriale de l'Ukraine n'aura pas été rétablie".

Il avait également promis de travailler avec le Congrès à de nouvelles sanctions contre la Russie, à qui il a promis "de graves conséquences pour l'ingérence dans nos processus démocratiques".

Donald Trump a, lui, vanté la semaine dernière sa "fermeté" face à son homologue russe.

"Aucun président n'a été aussi ferme que moi sur la Russie (...) Je pense que le président Poutine le sait mieux que quiconque, sûrement mieux que les médias", a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche, adoptant un ton moins conciliant que lors de leur conférence de presse commune.

"Regardez les chiffres, regardez ce que nous avons fait, regardez les sanctions", a-t-il ajouté.

La Maison Blanche a annoncé la semaine dernière que la prochaine rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine n'aurait pas lieu en 2018. 

Le président russe s'est de son côté dit "prêt à se rendre à Washington" et a assuré avoir invité son homologue américain à Moscou.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU