Les syndicats vont consulter les salariés sur la réforme de la SNCF

Les syndicats vont consulter les salariés sur la réforme de la SNCF
SNCF agent

Boursier.com, publié le jeudi 10 mai 2018 à 07h22

Après les salariés d'Air France, ceux de la SNCF sont appelés à leur tour à se prononcer par référendum interne... Contrairement à Air France, où la direction était à l'initiative de la consultation, à la SNCF, ce sont les syndicats qui ont décidé de lancer une consultation pour demander aux salariés s'ils sont "pour ou contre" la réforme ferroviaire prévue par le gouvernement.

Mercredi soir, à l'issue d'une réunion à Montreuil au siège de la CGT, l'intersyndicale (CGT, Unsa, SUD et CFDT) a validé l'organisation de ce "vote-action", qui se tiendra du 14 au 21 mai, a annoncé à la presse Laurent Brun (CGT-cheminots).

Le gouvernement et la direction affichent la fermeté

Quant à la direction, elle a pris acte de l'annonce du référendum auprès des salariés, tout en excluant par avance que le résultat de la consultation ait un impact sur la réforme, dans la mesure où le sujet relève du pouvoir législatif.

Le PDG de la SNCF, cité par le site internet du 'Monde', a indiqué que "les cheminots sont bien évidemment concernés par la réforme. Mais celle-ci touche tous les Français. C'est donc à leurs représentants élus de se prononcer... Personne ne peut leur confisquer ce débat".

A travers cette initiative, les syndicats espèrent reprendre la main face à la fermeté du gouvernement, qui refuse de modifier les grands principes du projet. Le 7 mai, lorsqu'il a reçu les syndicats, le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré que le texte de la réforme (déjà adopté en première lecture par l'Assemblée nationale) ne "changera pas fondamentalement". Il a toutefois concédé que le texte "peut être encore finalisé", autrement dit amélioré, sur certains points.

La mobilisation des cheminots s'érode...

Sur le terrain de la grève perlée, la mobilisation s'érode progressivement du côté des cheminots... Alors que la grève a atteint mercredi son 16ème jour, le taux de participation, annoncé par la direction, est passé pour la première fois sous les 15%, à 14,46%, contre 33,9% le 3 avril dernier au début de mouvement. La proportion de grévistes reste forte au sein du personnel roulant (53% chez les conducteurs et 45,5% chez les contrôleurs), mai là aussi, elle est en recul.

La semaine dernière, le PDG de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, avait estimé à 250 millions d'euros le montant de la facture de la grève des cheminots. "On estime aujourd'hui à peu près à une vingtaine de millions d'euros par jour de grève (...) la perte qu'on subit", avait déclaré Patrick Jeantet le 3 mai sur 'Europe 1', en ajoutant que cette somme était "considérable".

... et le soutien des Français s'effrite

Quant au Français, ils sont de moins en moins nombreux à soutenir la grève à la SNCF : Selon un sondage Ifop pour le 'Journal du Dimanche' du 29 avril, seuls 41% des Français l'estiment désormais "justifiée" (-2 en une semaine) contre 59% (+2) qui jugent le mouvement "pas justifié".

Une nette majorité de Français (62%, +1 par rapport au précédent sondage) souhaitent désormais que le gouvernement aille "au bout de la réforme de la SNCF telle qu'elle a été annoncée, sans céder aux mobilisations et aux grèves". Ils n'étaient que 51% fin mars à penser la même chose...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.