Les vacances permettent à l'hôtellerie de sortir (un peu) la tête de l'eau

Les vacances permettent à l'hôtellerie de sortir (un peu) la tête de l'eau©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 24 août 2020 à 16h20

La France a mieux résisté que ses voisins, mais la reprise y reste
inégale selon les territoires et les gammes, selon une étude du cabinet MKG.

Très lourdement impacté depuis le mois de mars par la crise sanitaire, le secteur hôtelier français a connu une embellie depuis le début des vacances scolaires, qui lui permet en partie de combler son retard. Selon une étude du cabinet MKG, 80% du parc hôtelier a rouvert cet été (contre 17% début avril), mais ce ratio varie selon les zones géographiques et les catégories d'établissements.

La situation demeure très tendue à Paris : "seulement 47% des chambres habituellement disponibles sont ouvertes à la réservation. En effet, de nombreux hôtels, faute de clients, ont pris la décision de ne rouvrir leurs portes que début septembre", peut-on lire dans un communiqué. La province s'en sort mieux, avec un ratio de 90% de l'hôtellerie ouverte à la mi-août.

Les établissements haut de gamme davantage pénalisés

Les établissements les plus haut de gamme, dont la demande est très dépendante des clientèles internationales, sont bien moins nombreux à avoir rouvert (59% en 5 étoiles à l'échelle nationale, et seulement 29% à Paris) que les établissements de 3 étoiles ou moins (avec plus de neuf chambres sur dix de nouveau disponibles à la vente).

Autre enseignement de cette étude : !a clientèle française et celle venant des pays européens limitrophes a quelque peu compensé l'absence des américains, russes, chinois, japonais. Cela a bénéficié principalement à l'hôtellerie de plein air et aux locations de meublés de tourisme, mais également aux hôtels de catégories inférieures.

Bel été sur la Manche

Les hôtels situés sur la façade de la Manche enregistrent même sur la première quinzaine d'août une fréquentation en hausse de 4,5 points par rapport à août 2019, permettant de limiter le recul global à -2,3 points par rapport à 2019. Le littoral breton (-7,3 points) et la façade Atlantique (-3,5 points) affichent elles aussi de légères baisses de fréquentation sur l'été, mais vu le contexte actuel cela peut être considéré comme un été "réussi".

Avec un taux d'occupation de 55% dans les hôtels ouverts de début juillet à mi-août, l'été 2020 se conclut donc par une baisse sensible (-20,2 points par rapport à 2019) "mais finalement bien plus modérée que celles enregistrées ces derniers mois, et qui ralentit : elle passe de -24,9 pts en juillet à -11,5 points sur la première quinzaine d'août. ", écrit MKG.

Mais les hôteliers sont loin d'être sortis d'affaire, puisqu'ils doivent jongler avec le durcissement des mesures de protection sanitaire dans les grandes villes et zones touristiques, la quatorzaine imposée aux Britanniques séjournant en France, ou encore l'absence de grands événements à la rentrée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.