Les ventes de Tesco fleurissent au printemps dans un secteur en ébullition

Les ventes de Tesco fleurissent au printemps dans un secteur en ébullition
Le numéro un britannique des supermarchés Tesco a profité des bonnes performances de sa nouvelle filiale Booker

AFP, publié le vendredi 15 juin 2018 à 12h29

Les ventes de Tesco ont grimpé au printemps grâce aux bonnes performances de sa nouvelle filiale Booker, de bon augure pour le numéro un britannique des supermarchés au moment où ses deux principaux concurrents s'apprêtent à fusionner.

Le groupe a annoncé vendredi dans un rapport d'activité que ses ventes avaient grimpé de 1,8% au premier trimestre de son exercice comptable 2018-2019, c'est-à-dire pendant la période de 13 semaines achevée le 26 mai. 

Lors de cette période printanière, le groupe a vu ses ventes dans les supermarchés à périmètre comparable (c'est-à-dire à taux de change et nombre de magasins égaux) augmenter de 2,1% au Royaume-Uni et de 3,0% en Irlande. 

Il a expliqué avoir connu quelques difficultés en mars, du fait d'un temps exécrable nuisible aux affaires - un coup de froid brutal accompagné de vents glaciaux surnommé "la bête de l'Est" par les commentateurs britanniques.

Mais il a connu une bien meilleure fortune en avril et en mai et a commencé à tirer avantage du lancement de 2.850 produits sous sa propre marque, une politique qui s'inscrit dans le cadre ambitieux de la mise en rayon d'un total de 10.000 nouvelles références. 

Tesco a souligné aussi avoir continué d'investir dans des offres promotionnelles, notamment pour les produits frais, sur fond de concurrence tarifaire exacerbée entre les grandes chaînes de supermarchés au Royaume-Uni et de montée en puissance des enseignes de maxidiscomptes allemandes comme Aldi et Lidl. 

Le groupe a également noté une nette hausse de ses ventes alimentaires sur internet, au moment où nombre de commerces physiques, notamment dans les domaines vestimentaires et des équipements domestiques, souffrent de la montée des vendeurs spécialisés en ligne.

Sa filiale Booker, le principal grossiste du pays et propriétaire de supérettes racheté en début d'année pour 3,9 milliards de livres, a vu pour sa part ses ventes bondir de 14,3%, "soutenue par une bonne performance de fond et le gain de nouveaux contrats", d'après sa maison mère.

- Redressement -

En Europe centrale, Tesco a en revanche vu ses ventes baisser de 1,0%, du fait d'un changement législatif limitant le nombre de jours d'ouverture les dimanches en Pologne et les jours fériés en Slovaquie. En Asie, où le groupe est présent notamment en Malaisie, Thaïlande, Inde et Chine, les ventes de Tesco ont chuté de 9%.

Autrefois intouchable numéro un, la position de leader de Tesco au Royaume-Uni est désormais menacée par le projet de fusion géante entre les numéros deux et trois, Sainsbury's et Asda (filiale de l'américain Walmart). Censée aboutir au second semestre 2019, cette opération ressemble beaucoup à une absorption par Sainsbury's d'Asda, valorisé à cette occasion à hauteur de 7,3 milliards de livres. 

Reste que les résultats de Tesco se sont améliorés dernièrement, avec un bénéfice net confortable de 1,2 milliard de livres lors de l'exercice comptable 2017-2018 achevé fin février. 

"La situation reste difficile dans la distribution britannique, mais Tesco semble sortir du malaise qui le frappait il y a quelques années", a commenté Laith Khalaf, analyste chez Hargreaves Lansdown.

L'action du groupe grimpait de 2,00% à 254,80 pence vers 09H30 GMT à la Bourse de Londres, dans un marché qui perdait 0,6%.

Le groupe est en passe de réussir son redressement, engagé en 2016 avec le lancement d'un vaste plan de restructuration par son directeur général Dave Lewis, afin d'en finir avec des années de vaches maigres entachées par un scandale comptable.

Trois anciens dirigeants du groupe sont passés devant le tribunal cet automne et cet hiver pour fraude et faux en écritures comptables pour des faits remontant à 2014, quand l'entreprise avait surestimé ses bénéfices attendus de 250 millions de livres. Mais leur procès a été arrêté après que l'un des inculpés a souffert d'une crise cardiaque. L'organisme de lutte contre la délinquance financière (SFO) a demandé la tenue d'un nouveau procès. 

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU