Les voyageurs prêts à rater un site majeur pour éviter le "surtourisme"

Les voyageurs prêts à rater un site majeur pour éviter le "surtourisme"©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 11 juin 2019 à 14h35

Les touristes français sont de plus en plus nombreux à délaisser Venise, Barcelone ou Marrakech, pour ne pas être noyés dans la foule.

Le Taj Mahal ou la Grande muraille de Chines envahis par la foule, des bateaux de croisière bloqués par des militants anti-tourisme à Venise... Le "surtourisme" concerne de plus en plus de destinations, au point de décourager les voyageurs. Selon une étude réalisée par Comptoir des Voyages, les Français sont de plus en plus nombreux à fuir ce phénomène de masse et donc à éviter certains pays ou villes.

En Europe, sans surprise c'est Venise qui arrive en tête (21%), suivi de Barcelone (20%), Madrid (11%) et Rome (10%). Par ailleurs, près de 28% des sondés ne visiteraient pas Dubaï, Marrakech (25%), Bangkok (24%) et Rio de Janeiro (21%) car trop touristiques. Cette image colle aussi à certains sites touristiques... C'est le cas notamment de la place Saint Marc à Venise (47%), du Taj Mahal (44%), du Vatican, (38%) et de la Grande Muraille de Chine (34%).

Eviter la cohue

Venise vient d'annoncer la mise en place d'un péage urbain pour lutter contre le surtourisme... Pour éviter la cohue sur d'autres destinations, 42% des Français interrogés estiment que voyager en décalé serait la solution la plus adaptée. Ils sont 22% à se déclarer prêts pour une mise en place de quotas de visiteurs comme aux Galapagos, tandis que 15% préconisent de privilégier les destinations hors des sentiers battus. En revanche l'élargissement des horaires d'ouverture ne semble pas faire le consensus.

Autre enseignement de cette étude : 63% des Français seraient même prêts à renoncer à visiter un site majeur s'il est trop fréquenté, et ce même s'ils savent qu'ils ne reviendront probablement jamais ! D'autres pistes sont aussi à envisager, car selon 65% des Français, les bateaux de croisières qui débarquent sur les sites touristiques sont une grande source de perturbation. C'est également le cas des "perches à selfies", qui devraient être interdites dans certains monuments, selon 71% des sondés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.