Loi Schiappa : une pétition contre un article sur le viol

Loi Schiappa : une pétition contre un article sur le viol©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 14 mai 2018 à 11h23

La loi sur les violences sexuelles, portée par la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes, est présentée lundi à l'assemblée nationale. Une réforme sensible qui ne convainc pas tout le monde...

Il ne faut pas voter l'article 2, selon le groupe F

Le groupe F, qui lutte contre toute forme de violence sexuelle, a lancé une pétition dans le but de supprimer l'article 2 du projet de loi, qui ne protège pas assez selon lui les enfants victimes de viol. L'agence non-gouvernementale a réussi à rassembler 250 signatures de tous horizons.

L'objectif de cette pétition : faire en sorte que le viol soit reconnu comme un crime, non pas un délit. "Depuis 1810, le viol est considéré en France comme un crime. Lorsqu'un crime est requalifié en agression sexuelle ou atteinte sexuelle et donc jugé comme un délit, cela minimise de fait, pour les victimes comme pour les agresseurs, la gravité des faits", écrit le groupe F sur son site internet.

250 signataires, dont Karine Viard

Parmi les signataires de cette pétition, on retrouve des professionnels de la protection de l'enfance, des médecins, des psychologues mais également quelques personnalités comme l'actrice française Karine Viard... Accompagné d'une vidéo postée sur Twitter, l'agence non-gouvernementale demande à ses soutiens d'écrire directement aux députés qui étudient le projet de loi et de leur dire de ne pas voter l'article 2.

.@valerieboyer13, le viol est un crime, pas un délit. Ne votez pas l'article 2 du projet de loi contre les violences sexuelles. #LeViolEstUnCrime, via @LeGroupe_F https://t.co/cm6y2CZn5D >- Le Groupe F (@LeGroupe_F)

Le 21 mars dernier, Marlène Schiappa avait exposé l'ensemble des mesures présentes dans ce projet de loi contre les violences sexuelles. Ce texte prévoit notamment la verbalisation du harcèlement sexuel dans l'espace public, mais aussi que l'âge du consentement sexuel sera de 15 ans désormais et le délai de prescription pour les viols sur mineurs rallongé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.