Loi sur la vie privée: Hong Kong balaie les craintes des géants d'Internet

Chargement en cours
La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam lors d'une conférence de presse, le 6 juillet 2021 à Hong Kong
La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam lors d'une conférence de presse, le 6 juillet 2021 à Hong Kong
1/3
© AFP, Peter PARKS

AFP, publié le mardi 06 juillet 2021 à 08h20

La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a balayé mardi les menaces de géants d'Internet comme Google, Facebook et Twitter, qui ont averti qu'ils pourraient quitter le territoire si une loi controversée sur la protection de la vie privée entrait en vigueur.

La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a balayé mardi les menaces de géants d'Internet comme Google, Facebook et Twitter, qui ont averti qu'ils pourraient quitter le territoire si une loi controversée sur la protection de la vie privée entrait en vigueur.

Les autorités du territoire semi-autonome ont dévoilé un projet de texte visant notamment à lutter contre la divulgation de données personnelles sur Internet, une pratique baptisée "doxing".

Mais la formulation vague du nouveau texte a suscité l'inquiétude des géants du secteur technologique qui s'inquiètent d'être, eux ou leurs employés, tenus légalement responsables des contenus postés par les internautes.

Des préoccupations exprimées dans une lettre adressée aux autorités hongkongaises par l'Asia Internet Coalition, qui regroupe Google, Facebook, Twitter, LinkedIn et Apple.

"La mise en oeuvre de sanctions visant des individus n'est pas conforme aux normes et pratiques mondiales", peut-on lire dans ce courier daté du 25 juin mais qui n'a été rendu public que cette semaine.

"La seule façon d'éviter ces sanctions, pour les entreprises technologiques, serait de cesser d'investir et d'offrir leurs services à Hong Kong, ce qui en frustrerait les entreprises et consommateurs hongkongais, tout en créant de nouvelles barrières pour le commerce."

- "Calomnie" -

Interrogée au sujet de cette mise en garde, Mme Lam a balayé mardi ces inquiétudes.


"Nous ciblons la pratique illégale du doxing et donnons le pouvoir aux commissaires veillant au respect de la vie privée d'enquêter et de mener des opérations, c'est tout", a-t-elle dit aux journalistes.

Mme Lam a fait un parallèle entre ce projet de loi et la loi sur la sécurité nationale, que Pékin a imposé l'année dernière à Hong Kong et qui a été le principal instrument de répression contre la dissidence, dans la foulée des manifestations de 2019.

Mme Lam a affirmé que la loi sur la sécurité avait été "calomniée".

"C'est la même chose au sujet de la loi sur le respect de la vie privée", a-t-elle dit.

Elle a ajouté que la commission veillant au respect de la vie privée à Hong Kong était prête à rencontrer des représentants des entreprises inquiètes. Mais elle a averti que son gouvernement était déterminé à faire passer le texte rapidement.

"Bien sûr l'idéal serait d'apaiser les craintes au moment où nous préparons la loi. Mais parfois, cela se fait au moment de la mise en oeuvre", a-t-elle dit.

La Chine utilise une des censures les plus sophistiquées au monde pour contrôler l'Internet. Mais celui-ci est censé être totalement libre à Hong Kong, au nom de la semi-autonomie du territoire héritée de l'accord conclu pour sa rétrocession en 1997 par Londres.

Et la région administrative spéciale se pose elle-même comme un pôle technologique.

- "Réponse disproportionnée" -

Pourtant de grandes entreprises de la tech' se montrent de plus en plus méfiantes en raison de la reprise en main musclée du territoire par Pékin qui a suivi la mobilisation de 2019.

La loi sur la sécurité nationale a notamment donné à la police des pouvoirs nouveaux pour sévir contre les contenus en ligne ou encore pour enquêter ou geler les actifs de toute entreprise considérée comme posant une menace contre la Chine.

Peu après son entrée en vigueur, Facebook, Google et Twitter avaient annoncé qu'ils ne répondraient plus aux demandes d'informations sur leurs utilisateurs émanant du gouvernement et des autorités de Hong Kong.

Un projet de câble sous-marin de données entre les Etats-Unis et Hong Kong a également été abandonné et de grandes entreprises étrangères ont commencé à retirer leurs données de serveurs basés à Hong Kong.

La pratique du doxing avait été une arme pendant les manifestations de 2019. De nombreux partisans du mouvement pro-démocratie s'y adonnaient pour rendre publiques les données personnelles de la police, de juges ou de responsables locaux. Les pro-Pékin s'y livraient également contre les manifestants.

Dans son courier, l'Asia Internet Coalition se dit hostile au doxing et affirme appuyer les efforts pour lutter contre ce fléau.

Mais elle avertit que la formulation vague du projet de loi pourrait faire que soient aussi ciblés "les actions innocentes de partage d'informations en ligne" et engager la responsabilité des entreprises technologiques pour les contenus postés par les utilisateurs.

Elle qualifie le projet de loi de "réponse complètement disproportionnée et non nécessaire".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.