Loi travail : une mobilisation en baisse pour la CGT

Loi travail : une mobilisation en baisse pour la CGT©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 21 septembre 2017 à 20h37

C'est presque deux fois moins de manifestants que le 12 septembre, pour la première journée d'action... La mobilisation contre la réforme du Code du travail n'a fait descendre que 132.000 personnes dans la rue jeudi. Le ministère de l'Intérieur avait il y a dix jours avoir dénombré 223.000 manifestants sur l'ensemble du territoire, la CGT 500.000.

Face à ces mauvais chiffres, la CGT affirme qu'il ne s'agit que d'une étape dans la contestation. Elle parle de "200 rassemblements", de "milliers d'arrêts de travail" et de "plusieurs centaines de milliers de manifestants", sans plus de précision.

"Le mécontentement est là"

"Globalement, les chiffres des manifestants sont peut-être un peu inférieurs à la fois précédente", a concédé le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez sur franceinfo. "Je crois que le mécontentement, il est là, la mobilisation, elle est là. Et donc, il n'y a aucune raison de s'arrêter, bien au contraire."

A Paris, la police a recensé 16.000 personnes, soit 8.000 de moins que lors de la dernière manifestation. La CGT a compté 55.000 participants, contre 60.000 il y a dix jours. A Marseille, la manifestation a 50.000 personnes jeudi, selon la CGT contre 60.000 lors de la précédente manifestation. La préfecture des Bouches-du-Rhône en avait dénombré 4.500 contre 7.500 le 12 septembre.

Cette fois encore, les instances dirigeantes de FO, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC n'avaient pas appelé à rejoindre le mouvement et la CGT les a appelés à l'unité. Une cinquantaine d'unions départementales et huit fédérations de Force ouvrière se sont toute de même jointes aux cortèges selon la CGT, ainsi qu'une dizaine de fédérations de la CFE-CGC. Des divisions de la CFDT Métallurgie étaient également présentes dans le défilé parisien.

Mélenchon entre dans l'arène

Les regards se tournent désormais vers La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, qui a choisi d'organiser sa propre manifestation samedi à Paris, contre "le coup d'Etat social" d'Emmanuel Macron. Il s'agit d'un pari de taille pour ce dernier. A propos de la manifestation de ce jeudi, il a estimé qu'on n'en était qu'au "début" de la mobilisation.

La mobilisations se poursuivra ensuite avec les retraités,qui ont appelé à une manifestation contre la hausse de la CSG le 28 septembre, et les fonctionnaires contre le gel de leur rémunération, le 10 octobre. A partir du 25 septembre, ce sont les routiers qui prévoient des blocages, notamment dans des dépôts de carburant.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU