Lunettes, dents, audioprothèses : qu'est ce que le "reste à charge zéro" ?

Lunettes, dents, audioprothèses : qu'est ce que le "reste à charge zéro" ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 14 juin 2018 à 07h47

Le système de protection sociale français doit être repensé mais "aucune économie ne sera faite sur le dos des plus fragiles", a promis Emmanuel Macron... Le président de la République a donné les grands axes de sa politique sociale : réforme des retraites, une nouvelle loi sur la dépendance ou encore une hausse de l'allocation solidarité aux personnes âgées.

Dans un discours fleuve mercredi, le chef de l'état est aussi revenu sur l'une de ses promesses de campagne : le "reste à charge zéro" pour les lunettes, les prothèses dentaires et auditives.

Mise en place d'ici 2021

Emmanuel Macron a annoncé la mise en place progressive de cette mesure d'ici au 1er janvier 2021. Il s'agit de proposer des produits d'entrée de gamme, accessibles à tous les français couverts par une complémentaire santé."Nombre de nos concitoyens doivent renoncer à se soigner", rappelle le président de la République. Cette mesure est "une conquête sociale essentielle" selon le chef de l'Etat.

Les accord concernant l'optique et l'audioprothèse ont été signés aujourd'hui par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, à Montpellier. Celui sur le dentaire sera officialisé le 21 juin.

30 euros la monture

Pour les lunettes, chaque magasin proposera une gamme de 17 montures à 30 euros pièce pour adultes et enfants. Concernant les verres, les tarifs vont être encadrés avec une grille de 24 prix plafonnés. Pour des verres simples, les premiers prix seront de 95 euros...

Concernant les prothèses dentaires, trois catégories ont été établies. La première sera remboursée à 100%, il s'agit notamment des couronnes en métal et en céramique.

La différence la plus marquante sera sur le prix des audioprothèses. Actuellement, l'assurance maladie ne rembourse que 119 euros par appareil, les mutuelles 350 euros en moyenne, il reste alors 1.000 euros à la charge des patients. La réforme instaure un prix qui ne dépasse pas 950 euros contre environ 1 500 actuellement. Le renouvellement sera possible tous les quatre ans.

Des inquiétudes

Pour financer toutes ces mesures, l'ensemble des professionnels est mis à contribution... Des négociations ont lieu avec les dentistes qui ont accepté de baisser le prix des prothèses en échange d'une revalorisation des soins courants. Les opticiens sont sensés baisser leur marge et les fabricants d'appareils auditifs de réduire leurs tarifs.

Mais certains s'inquiètent aussi d'une éventuelle augmentation des cotisations des mutuelles...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.