Lutte contre la fraude sociale : la Caf va lancer des équipes de "contrôleurs mobiles"

Lutte contre la fraude sociale : la Caf va lancer des équipes de "contrôleurs mobiles"
Illustration foule pour chômage

Boursier.com, publié le lundi 14 septembre 2020 à 17h12

Un récent rapport de la Cour des comptes évalue à 1 milliard d'euros la fraude détectée aux prestations sociales en 2019...

Le plan de la Caf est prêt... En attendant les conclusions d'une enquête de l'Assemblée nationale relative à la lutte contre la fraude aux prestations sociales, qui seront rendues ce mardi, le directeur général de la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) a d'ores et déjà dévoilé ses nouvelles mesures antifraudes.

Dans un entretien au 'Parisien' dévoilé ce lundi, Vincent Mazauric a notamment annoncé son intention de "créer aux quatre coins de la France des équipes d'une trentaine de contrôleurs hyperspécialisés et mobiles pour lutter contre la fraude organisée sur plusieurs départements, et contre les marchands de sommeil".

"On va créer deux équipes en 2021, on évaluera les résultats et si ça marche, on en créera d'autres", a-t-il détaillé. A l'heure actuelle, 700 contrôleurs sont chargés de traquer les fraudeurs grâce aux outils informatiques de "datamining", qui permettent l'exploitation massive des données sur les bénéficiaires de prestations.

324 millions d'euros d'aides indûment perçues

Pour mieux contrôler en amont et prévenir la fraude, la Cnaf pourra également, dès l'année prochaine, chercher directement les informations dans le dispositif de ressources mutualisé (DRM) créé en 2019 grâce au prélèvement à la source, qui "compile toutes les informations sur les revenus des ménages".

L'an dernier, les actions de la Cnaf ont permis d'identifier 324 millions d'euros d'aides indûment perçues en 2019, soit 3,6 fois plus qu'en 2010. Mais Vincent Mazauric a tenu à rappeler que 85 milliards d'euros de prestations sont versés tous les ans.

55 préconisations

La semaine dernière, un rapport de la Cour des comptes évoquait 1 milliard d'euros de fraude sociale en 2019, alors que des études citées par 'Le Parisien' estiment qu'elle atteint plusieurs dizaines de milliards. Mais "seul un tiers est de la fraude, le reste ce sont des erreurs de versements ou de non-versement", a relativisé le directeur général de la Cnaf.

Pour tenter de limiter ces pratiques frauduleuses, la Commission d'enquête instaurée par l'Assemblée nationale doit rendre mardi 55 préconisations pour lutter efficacement contre les arnaques...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.