Macron et Merkel mettent le cap sur la réforme européenne

Chargement en cours
Le président Emmanuel Macron et la Chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse, le 16 mars 2018 à l'Elysée, à Paris
Le président Emmanuel Macron et la Chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse, le 16 mars 2018 à l'Elysée, à Paris
1/2
© AFP, ludovic MARIN, POOL

AFP, publié le vendredi 16 mars 2018 à 23h04

Enfin stabilisée au pouvoir, la chancelière allemande Angela Merkel est venue vendredi à Paris pour préparer avec Emmanuel Macron les réformes "claires et ambitieuses" sur lesquelles ils veulent s'accorder d'ici juin pour relancer une Europe "bousculée".

Les deux dirigeants se sont exprimés chacun à leur tour devant la presse, tous deux insistant sur la nécessité de trouver des solutions aux multiples défis auxquels l'Europe fait face: crise migratoire, progression des formations eurosceptiques dans l'Union, tensions diplomatiques internationales et réformes des institutions européennes.

"S'ouvre aujourd'hui une étape importante, où nous aurons beaucoup à faire sur les décisions de court terme et dessiner des perspectives de moyen et long terme pour notre Europe, plus indispensable encore qu'il y a quelques mois", a déclaré le président français.

"J'ai la volonté d'y arriver et je crois que nous le pouvons", a ajouté la chancelière allemande. "Il est plus nécessaire que jamais que l'Europe agisse de façon unie dans une situation géopolitique dans laquelle le multilatéralisme est sous pression", a ajouté Mme Merkel, dont c'était la première sortie internationale depuis l'installation laborieuse de son gouvernement mercredi au terme de mois de négociations ardues.

Le président français attendait depuis des mois que la situation politique allemande se stabilise pour faire redémarrer le fameux "moteur franco-allemand", si souvent mis à contribution pour faire évoluer les dossiers européens.

"Vous savez combien nous attendons ce travail conjoint", a déclaré M. Macron, avant une réunion de travail entre les deux leaders, suivie d'un dîner.

- Pas toujours au 1er coup -

"Nous ne sommes pas toujours du même avis du premier coup mais la France et l'Allemagne ont déjà accompli beaucoup ensemble", a résumé Mme Merkel.

Le président français a fait plusieurs propositions de réformes institutionnelles pour l'Europe, comme un budget européen ou un ministre des Finances de la zone euro, mais les négociations s'annoncent délicates avec une Angela Merkel soumise à un accord de coalition pour gouverner à Berlin.

"Sur la zone euro, sur la politique migratoire, de défense, commerciale, de recherche, éducative et les grands domaines que avons pu définir, nous proposerons une feuille de route ambitieuse pour cette refondation d'ici juin et y mettrons l'énergie requise", a déclaré M. Macron.

Un sommet européen, qui s'annonce crucial, est prévu les 28 et 29 juin.

D'autant que les autres partenaires ne voient pas nécessairement d'un bon oeil la prise en main franco-allemande des destinées européennes.

"Ca ne veut pas dire que nous, ou d'autres pays de l'UE, trouvons bien tout ce sur quoi les Allemands et les Français se mettent d'accord. On ne va pas juste acquiescer", a d'ores et déjà prévenu vendredi le Premier ministre néerlandais, le libéral Mark Rutte.

Pour l'heure, ces dossiers patinent et les dirigeants bruxellois attendent justement l'implication directe des leaders, au premier chef ce moteur franco-allemand. 

"Il est nécessaire que les dirigeants de l'UE s'impliquent directement pour avancer", a plaidé vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk, après avoir constaté les faibles progrès jusqu'ici réalisés par les ministres des Finances de la zone euro, parlant d'un "consensus limité" avant le sommet européen des 22 et 23 mars.

"Il y a un sentiment d'urgence partagée" des deux côtés du Rhin, analysait avant la rencontre le directeur de l'Institut Jacques Delors, Sébastien Maillard.

Mme Merkel, qui a payé politiquement sa politique migratoire généreuse envers les étrangers, a insisté sur ce dossier, qui a aussi pesé lourd dans les récentes élections italiennes qui ont placé en tête les formations populistes.

"Nous devons absolument obtenir des résultats sur une politique d'asile commune (...) Nous devons protéger nos frontières extérieures", a-t-elle déclaré, alors que ce sujet va certainement peser sur les élections européennes de mai 2019.

Les deux dirigeants ont également réitéré la "solidarité des alliés" avec Londres dans l'affaire de l'empoisonnement d'un ex-espion et de fille en Grande-Bretagne où, selon M. Macron, "tout porte à croire que c'est bien la Russie qui a conduit ces tentatives d'assassinat".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
347 commentaires - Macron et Merkel mettent le cap sur la réforme européenne
  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article :

    A l'Assemblée, les Insoumis mettent à l'affiche leurs propositions


    Statut : refusé

    Il y a une heure


    Que de haines contre la France Insoumise! Du moins de la part des tenants du libéralisme, de la mondialisation sans contrainte, des serviteurs du patronat, et des soutiens à une politique de casse du tissu social, et industrieux, de la Nation! Les cellules de réponses formatées sont à la manœuvre. Les propositions de ce mouvement, et de la vraie gauche, sont de bon sens, et ont le soutien d'une large part de l'opinion. Mais le réflexe de caste fait que tous les amendements sont rejetés. Il faut laminer l'opposition, comme le pouvoir a voulu détruire les syndicats! Ce n'est plus la démocratie, c'est le mépris pour une partie non neutre de la représentation nationale, et pour ceux , majoritaires, de fait, qui n'ont pas voté Macron, ou qui ont voté contre la châtelaine Le Pen.
    -195-nombre de fois censuré et repassé
    Bravo! Médaille d'ARGENT de la Liberté d'Expression filtrée par la Pensée Unique! Vous avez gagné en plus le rappel de l'article 11 de la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen:
    Art. 11. -. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi

  • avatar
    goodfighter -

    Macron a l’exemple de l’Allemagne comme premiére puissance économique ,qui n’a pas de chômage et de déficit ,par la qualité et l’intensité de son travail .
    Les hommes politiques allemands font passer l’intéret de leurs pays ,méme s’il faut étre impopulaire , pour faire passer des réformes ,avant leurs carrières .

    avatar
    ajlbn -

    A goodfighter - vous vous bercez des bonnes paroles officielles des gouvernants Allemands et Français! Réduire le chômage avec des emplois sous payés, juste de survie, et remettre au travail, faute de ressources suffisantes, des retraités âgés, c'est pour vous un modèle?
    Sans parler de l'abandon de tous les secteurs sociaux, de l'état des routes et des chemins de fer, de la dégradation de l'éducation, du lien social!
    Le libéralisme est tellement bon pour la santé...qu'il tue le malade qu'il a de fait infecté!

  • avatar
    alph -

    une politique d'asile commune tout est dit dans cette phrase , elle veut que les migrants dont elle ne sait plus quoi en faire soit répartis en europe !!!!!!!

  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article :

    A l'Assemblée, les Insoumis mettent à l'affiche leurs propositions


    Statut : refusé

    Il y a 2 minutes


    Que de haines contre la France Insoumise! Du moins de la part des tenants du libéralisme, de la mondialisation sans contrainte, des serviteurs du patronat, et des soutiens à une politique de casse du tissu social, et industrieux, de la Nation! Les cellules de réponses formatées sont à la manœuvre. Les propositions de ce mouvement, et de la vraie gauche, sont de bon sens, et ont le soutien d'une large part de l'opinion. Mais le réflexe de caste fait que tous les amendements sont rejetés. Il faut laminer l'opposition, comme le pouvoir a voulu détruire les syndicats! Ce n'est plus la démocratie, c'est le mépris pour une partie non neutre de la représentation nationale, et pour ceux , majoritaires, de fait, qui n'ont pas voté Macron, ou qui ont voté contre la châtelaine Le Pen.
    -170- fois censuré-repassé
    Commentaire repassé 170 fois et rejeté. La liberté d'expression vue par le modérateur ORANGE de ce sujet, se limite à ses propres idées! Pas grave, je continue...Un Picardo-Breton ne peut reculer! Vous connaissez les proverbes?

    avatar
    goodfighter -

    Utilisez un peu moins le verbiage éculé et tout formaté : «  casse du tissu social ,serviteurs du patronat , etc, qui est saoulant .
    Réfléchissez un peu par vous méme et vos commentaires passeront ,au lieu de faire de la propagande gaucho socialo communiste que les modérateurs rejettent à juste raison .

    avatar
    katastroff -

    Heureusement, bientôt tout va s'arranger avec la troisième guerre mondiale qui arrive.
    La moitié de la population mondiale va disparaître et l'autre, armée de sa hache de pierre et vêtue de peau de bête s'entre tuera pour autant qu'elle ne crève pas de la radio activité omniprésente laissée par la guerre.
    Mais, comme maintenant, des hommes politiques se lèveront pour nous vanter les mérites de leurs théories. Ils trouveront toujours de bonnes âmes pour les croire alors que, comme notre engeance politique actuelle, leur seul bût sera le MOI MOI MOI.

    avatar
    ajlbn -

    A Goodfighter - vos propos sont ceux d'un vrai démocrate. Vous tolérer les idées des autres à condition qu'elles soient conformes aux vôtres! Désolé, mais c'est la droite, le patronat, Macron, Valls, Hollande, Philippe qui ont relancé la lutte des classes, et qui font tout pour diviser pour régner! C'est factuel, et même un serviteur zélé du libéralisme, comme vous devrait en convenir. Je note que vous êtes pour la censure...

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Le 17 03 2018 à 08 55

    C'est bien qu'Angela se déplace en France.

    voila une bonne nouvelle si Angela vient donner une feuille de route claire et ambitieuse à M; Macron pour diminuer les dépenses publiques en France et notre endettement.

    Maintenant il faut qu'ils fassent le nécessaire pour causer à Poutine.

    Ce n'est pas parce que hollande à réussi à semer la zizanie, qu'il faut que Macron poursuive.

    ca ne sert à rien. Il suffit de regarder la production de céréales de la Russie de maintenant pour évaluer le mal que hollande a fait à notre agriculture. LEs Russes sont largement plus puissants que nous et les céréaliers Franças peuvent dire adieu et pour un bout de temps à leurs affaires !

    mais si Macron veut poursuivre libre à lui....